Grande fête de la moto
Bol d’Argent, Bol Classic et Bol d’Or, avec leurs traditionnels départs en épi, ont occupé la piste du Castellet le week-end des 14, 15 et 16 septembre. Le public s’est déplacé en masse pour assister à ces trois jours de compétition qui marquent l’ouverture de la saison du Championnat du monde d’endurance 2018/2019.
Autour de la doyenne des courses d’endurance, dont la première édition remonte à 1922, il y a aussi une grande fête de la moto.

Animations non-stop
Depuis le réaménagement du Paul-Ricard pour les Grands Prix de F1, les 70 000 spectateurs ont vu leur terrain de jeu d’agrandir sensiblement. Il s’étend désormais sur la quasi-totalité du pourtour du circuit. Saucisse/frites ou churros à la main, ils ont pu profiter de spectacles variés : shows aquatiques, stunt sans oublier le concert du groupe de légende Trust. La présence au Castellet de Bernie Bonvoisin, aura sans doute aidé les fans du chanteur de Trust à se remettre de sa passion pour CityScoot.
Autre exposition notable, celle organisée dans le Grand Prix Hall au sein de l’Atelier des préparateurs, où plusieurs concessionnaires BMW ont choisi de revisiter, chacun à sa sauce, une NineT (à découvrir ici sur piste).

Plus d’un siècle d’histoire de la moto
Se balader dans le village constituait aussi une bonne occasion de réviser son histoire moto grâce, notamment, à l’exposition de Rémy Leborgne et François Sassu, directeur du Musée de la moto de Marseille. Les deux hommes ont réuni environ 200 motocyclettes et sidecars anciens, de la Peugeot de 1911 aux japonaises de l’aube des années 2000.

Une expo roulante
Mais pas question au Bol de se contenter d’une expo statique. Réparties en trois groupes, toutes les motos ont pu parader, le vendredi en fin d’après-midi, sur le circuit. Ah, la ligne droite du Mistral (1 800m) en Solex ou sur un pétochon des années 20, c’était quelque chose à voir ! Sans être la doyenne, la 1000 Motosacoche attelée d’Eric Beson a fait forte impression. La centenaire a accompli ses tours de circuits, sans coup férir, lors de la parade des anciennes. Toutes ces machines ont pu évoluer sur un plateau où chaque pilote présentait sa moto au micro devant un public aussi attentif qu’admiratif.

Les p’tites Yam
Autres animations remarquées - y compris par Éric de Seynes, président de Yamaha Motor Europe - celles assurées par les clubs Yamaha comme Les P’tites Yam de Sébastien Vair ou les « Indomptables démons fumants ». Ces derniers se sont lancés dans une performance : démonter et remonter une 125 RDX dans un temps record, chronomètre à l’appui. Charge aux spectateurs de deviner le temps que prendrait l’opération avec, à la clé, deux invitations VIP à gagner pour voir le départ.

Avec un tel succès, espérons retrouver cette expo lors du Bol d’Or 2019.

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité