En images

À l’entrée de la zone commerciale de Seclin (Nord), une enseigne inhabituelle vient d’ouvrir ses portes. Le site de commerce en ligne Motoblouz.com vient d’inaugurer dans ce "pôle moto", jeudi 6 décembre, son premier magasin physique. Équipement du pilote, accessoires de la moto, ainsi qu’un espace dédié au service rapide, sont à la disposition des visiteurs.

Le choix de cet emplacement ne doit rien au hasard. Le siège de Motoblouz, "le Paddock", est situé à Carvin, distant d’une quinzaine de kilomètres. Une proximité qui présente de nombreux avantages selon Thomas Thumerelle, le PDG : "ce magasin est notre laboratoire et à ce titre, il est important d’être en prise directe pour être réactif".

Bar, canapés, espace détente, consigne pour casque : l’entrée du "Shop" dynamite les codes de la vente traditionnelle. "Nous voulons apporter une qualité de service à nos clients équivalente à celle proposée sur notre site" poursuit le jeune PDG, co-créateur de la marque en 2004.

Sur une surface de 2000 m2, 3000 références (60000 sur le site) sont exposées par famille de produits, un système préféré à un classement par univers. Rien n’est figé pour autant, ce magasin pilote a déjà subi une dizaine de transformations pour affiner le concept depuis son ouverture, en juillet dernier.

Les marques propres de l’enseigne (casques et vêtements DXR, lubrifiants O4B, pièces techniques Kooroom) figurent logiquement en bonne place. Conçues pour élargir une offre déjà conséquente, elles présentent l’avantage, grâce à l’absence d’intermédiaire, d’afficher un prix inférieur de 30 % à celui d’un produit équivalent concurrent.

L’ouverture de ce magasin répond à la problématique à laquelle sont confrontés les cybermarchands : un potentiel de croissance limité. Il n’est qu’à voir des géants comme Amazon ou Alibaba se rapprocher d’acteurs comme Monoprix ou Auchan pour s’en convaincre. "Seuls 20 % des motards achètent sur internet, nous voulons toucher les 80 % restant" indique Thomas Thumerelle. Une clientèle potentielle qui reste fidèle au commerce traditionnel pour voir, toucher, essayer... avant de sortir éventuellement la carte bleue. À ce propos, les tarifs pratiqués dans le Shop sont identiques à ceux du site.

Thomas Thumerelle, pdg de Motoblouz

Autre particularité de ce magasin, la présence de supports d’aide à la décision. Des bornes donnent accès aux fiches-produits publiées sur le site de vente, ce qui permet de consulter les avis —positifs et négatifs— d’utilisateurs. Des panneaux descriptifs, à la manière de la référence Decathlon, détaillent les caractéristiques des produits.

Contrairement au point de vente inséré au Paddock, le délai de disponibilité du système de réservation en ligne "Click & collect" passe de 1 h à 24 h pour le magasin, éloignement des entrepôts de stockage oblige.

Dans un second temps, un réseau de magasins devrait être créé sur l’ensemble du territoire, à l’image de son concurrent allemand Louis ou de son partenaire Polo. L’arrivée de ce nouvel acteur suscite d’ores et déjà des vocations. "Nous recevons de nombreuses candidatures de points de vente (concessionnaires, magasins d’accessoires) souhaitant s’agrandir ou changer d’enseigne" sourit Thomas Thumerelle.

Face à cet engouement, le PDG préfère se donner du temps. "Nous allons tout d’abord finaliser le concept, étudier la question des implantations, celle des franchises, sans se fixer de date butoir ". Et sûrement mesurer avec attention la fréquentation du magasin de Seclin.

Publicité

Commentaires (4)