En images

Schuberth vient de découvrir le C5, son nouveau casque modulable. Si le fabricant allemand ne s’est pas trop foulé pour nommé au successeur du C4, il a plus sérieusement planché sur la conception.


Plus sûr

Le C5 est le premier modèle du fabricant allemand a être conforme au nouveau règlement 22-06 destiné à améliorer la protection de nos têtes. À terme, l’ensemble de la gamme sera renouvelée pour répondre à cette exigence.

Ce modulable haut de gamme (629 ou 729 € selon le coloris) a été entièrement repensé, à commencer par la coque. Celle-ci est composée d’une couche de fibres de verre recouverte par une seconde en fibres de carbone aux mailles plus fines que celle utilisée sur le C4 Pro Carbon.

Dessous, le calottin amortisseur a également été revu pour absorber au mieux les nouveaux crash-tests, plus exigeants, imposés par l’homologation.

Malgré ces modifications, le poids reste contenu : de 1640 g pour la petite coque (de XS à L) à 1790 g pour la grande (de XL à XXXL).

À noter que le C5 pourra voir le galbe de la garniture être modifié, par un jeu de cales optionnel (39 €), afin d’adapter le casque à la forme du crâne, ronde ou ovale.


Mentonnière

Ce passage de témoin réglementaire a été également l’occasion d’homologuer ce casque P/J (Intégral/jet), ce qui permet de rouler avec la mentonnière relevée en toute légalité.

Schuberth s’y refusait jusqu’à présent pour d’évidentes raisons de sécurité (le visage est moins protégé et la mentonnière risque d’être accrochée lors d’une chute).

Un cran de blocage, imposé par la norme, est présent pour éviter que la mentonnière ne se referme inopinément. Autre détail, un système repris du E1 « mémorise » la position de l’écran pour la restituer après avoir ouvert puis refermé la mentonnière.


Du son

La soufflerie de Schuberth a été également mise à contribution. Avec 85 dB à 100 km/h (sur un roadster), le C5 est annoncé comme étant un casque particulièrement silencieux. Un argument qui devrait résonner agréablement aux oreilles des gros rouleurs voyageant vite et longtemps.

Ce niveau d’insonorisation, qui reste à vérifier sur route, devrait être mettre en valeur le son du nouvel intercom, le SC2 (349 €), un modèle toujours conçu par Sena, cette fois-ci sur la base de sa série 50.

L’installation de ce kit mains-libres se résume en trois clics, les trois pièces qui le composent (micro perche, batterie, boitier de commande) se plaçant à l’extérieur. Les composants internes (câblage, haut-parleurs, antenne) sont installés de série.


De l’air

SI l’apport d’air frais n’a jamais vraiment été un problème sur le C4, la ventilation a tout de même été revue sur le C5. L’aérateur de désembuage, muni d’un filtre interchangeable, augmenterait le flux d’air.

Sur la partie supérieure, le circuit de la ventilation a été retravaillé au niveau des canaux de circulation pratiqués dans le calottin et à travers la coiffe.


Conclusion

On le voit, le C5 fait preuve de changement dans une certaine continuité en conservant le style caractéristique de son prédécesseur tout en évoluant sensiblement sur tous les points.

Ce modèle prometteur met au rencard les C4 Pro et C3 — ils ont disparu du site officiel—, deux modèles qui donnent l’occasion de réaliser de bonnes affaires, les revendeurs ayant entamé le déstockage pour faire de la place au nouveau venu.

Infos : c5.schuberth.com/

Publicité

Commentaire (0)