Une épreuve à l’origine du sport moto
Cette édition est pour nous l’occasion de revisiter un peu ce qu’a été l’histoire assez incroyable de cette course qui perdure depuis plus d’un siècle. En effet, c’est le 15 juin 1913 que débuta le circuit de l’Ain. Il s’agissait à l’origine d’une course de vitesse sur une boucle de 76 km à parcourir 3 fois pour les motos, et 2 fois pour les side-cars. Le parcours, avec 3 points de contrôle, empruntait des routes non revêtues à partir de Bourg-en-Bresse. La plus importante difficulté était le franchissement du col du Berthiand avec 7 km de dénivelé à 14%. Sur la vingtaine d’engagés cette année-là, répartis en plusieurs catégories, le plus rapide fut un certain Pélissier sur une Motosacoche 495 cm3 qui réalisa le parcours en 4h16, soit plus de 50 km/h de moyenne !

De la vitesse au rallye
Après une longue interruption pour cause de 1ère guerre mondiale, l’épreuve redémarre en 1921. Mais c’est en 1925 que le circuit de l’Ain change de format en ajoutant 2 secteurs chronométrés, avec les côtes de Berthiand et de Serrières-sur-Ain, au parcours initial qui doit se faire à une moyenne imposée. D’une course de vitesse pure sur un circuit routier à travers villes et campagnes, l’épreuve est devenue un rallye. La compétition a ensuite connu son lot d’interruptions, notamment de 1940 à 1950, et de mutations avec des hauts et des bas comme beaucoup de rallyes... Mais, dans l’Ain, la volonté de maintenir l’épreuve coûte que coûte l’a emporté…

L’édition 2018
Avec au programme 14 spéciales - 8 pour l’étape de jour de 378 km et 6 pour l’étape de nuit - et 250 km de routier, on sera dans le « haut de gamme » de ce qui se pratique en rallye actuellement…

Côté pilotes, au classement Elite et Maxi Rallye SW-Motech, le grand favori est Julien Toniutti (Aprilia 1100 Tuono V4R), déjà vainqueur à 6 reprises ici dans l’Ain et en tête du classement provisoire depuis le rallye de la Sarthe. Mais derrière, la concurrence a les dents longues avec le champion sortant Bruno Schiltz (Aprilia 1100 Tuono V4R), l’impressionnant Duo Assemat / Gratiot (Yamaha MT10SP) ou encore Fréderic Galtier (KTM 1290 SDR). À moins que des conditions météo un peu « extrêmes » ne mettent en avant, comme ce fut parfois le cas ici dans le passé, des monocylindres de la catégorie Rallye 2 avec Romain Cauquil (KTM 690 Duke R) ou l’armada d’Husqvarna 701 avec Luc Breban, Jean-Marie Aulas et Tanguy Brebion. Bref du suspens en vue !

Le site de l’U.M Ain
Le site des rallyes routiers

Photos et documents : Jean-Jacques Guillemoz et Hervé Morard

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité