En images

Après avoir dévoilé un petit clip de teasing, la nouvelle Speed Triple 1200 RR - la version semi-carénée de la 1200 RS - se dévoile enfin.

JPEG

Sans surprise, pas de changement notable pour le gros trois cylindres british et ses 180ch pour 125 Nm de couple. Il est vrai que ce tout nouveau moteur fait des merveilles dans la dernière évolution de la Speed Triple 1200 RS, qui est à l’honneur dans un comparatif dédié dans le dernier numéro (le 380, donc) de Moto Magazine, en kiosques dès le 15 septembre.

JPEG

En revanche, pour cette déclinaison coursifiée, Triumph a revu sa partie cycle. La moto se veut plus radicale et sportive que la RS.


Triumph Speed Triple RR : quelles différences avec la Speed triple RS ?

JPEG

La grosse nouveauté se situe évidemment coté look, avec des lignes puisant à la fois dans les univers néo-rétro et café racer. Le RR se pare d’une ligne de sportive semi-carénée avec un phare rond caractéristique.

ADN sportif oblige, la moto est équipée de nouvelles suspensions semi-active Öhlins Smart EC 2.0 à réglage électronique, de guidons bracelets rabaissés et de repose-pieds reculés. Les jantes sont chaussées avec de nouveaux pneus Pirelli Diablo Supercorsa SP V3. Du reste, la RR hérite des caractéristiques racing de la RS, à savoir un châssis allégé, des freins Brembo Stylema et d’un levier de frein réglable Brembo MCS.

Technologiquement, la RR s’agrémente d’un tableau de bord TFT 5 pouces avec système de connectivité My Triumph. L’ABS de série est optimisé, et l’IMU permet un contrôle de traction plus fin en virage. L’éclairage LED et le levier de vitesse rapide Triumph Shift Assist sont de série.

JPEG

Enfin, à l’instar de la RS, la RR dispose de cinq modes de conduite, d’un système anti-wheeling, d’un démarrage sans clé... Un équipement fort complet qui explique un tarif situé dans des sphères plutôt hautes.

Garantie deux ans et vendue au tarif de 20 490€ en blanc, il faudra aligner 250 euros supplémentaire pour le coloris rouge. Elle vous plait ? A la rédaction, on en connaît quelques-uns prêts à craquer...

Publicité

Commentaire (0)