Gwenda Glubb, alias Mrs Stewart, vers 1927.
Issue de la haute société de l’Empire britannique, Gwenda Glubb mène une vie en rapport avec sa condition : elle collectionne les sports, les records et les maris. Après avoir fait la guerre en Russie, parcouru le Canada en traîneau à chiens et tâté du tir, elle se lance dans les sports mécaniques. Et là, c’est la révélation. Elle bat bientôt les records en quantité industrielle, sur les autodromes de Brooklands et de Montlhéry. Tout d’abord à moto et en side-car, sous les noms de Janson et de Stewart. Puis en tricycle car, en tant qu’épouse Stewart. Enfin en voiture, en tant que Mrs Hawkes. Par la suite, Gwenda se tournera vers le yachting…

 

Edith Fowley se poudrant le nez au départ du Paris-Les Pyrénées-Paris, le 2 août 1933.
Cette starlette de la moto, originaire d’outre-Manche, affectionne tout particulièrement les tenues claires. Elle se distingue dans différentes épreuves de tourisme au début des années 30, comme le Tour de France en 1932. Sa monture de prédilection est la grosse Peugeot du moment, une P107 de 350 cm3. On verra également Miss Fowley piloter une Gilera, la 500 L de type Sei Giorni, aux Six Jours Internationaux.

 

Anne-Marie Lagauche sur piste, Anne-France Dautheville sur route.
Les années 70 marquent le retour des coureuses et du féminisme.
Anne-France Dautheville, « une demoiselle sur une moto », relate son tour du monde dans « Et j’ai suivi le vent » (réédité en poche), puis son raid africain, suscitant bien des vocations chez ses consœurs.
En course, Anne-Marie Lagauche et Gabrielle Toïgo se présentent au Bol d’Or 1970, formant l’un des soixante équipages en compétition. Les compagnes se partagent une 500 Kawasaki et occupent un moment la 28e position. Elles parviendront au terme de l’épreuve, mais ne seront pas classées. L’année suivante, Anne-Marie Lagauche remet ça, partageant toujours une 500 Kawa avec un certain J.-P. Geffrin. L’équipage finit non classé. En 1974, retour du tandem Lagauche-Toïgo sur une 900 Kawa, hélas contraint à l’abandon en raison d’un incendie de la moto suite à une chute. Elles étaient à la 29e place. D’autres suivront le chemin d’Anne-Marie pour aboutir au Guidon Féminin.

Anne-Marie Lagauche

Anne-France Dautheville

Texte : Dominique Coulette

Retrouvez notre première partie en cliquant ICI.

Le portrait de l’auteure dans Moto Magazine

Le portrait d’Anne-France Dautheville est publié Moto Magazine n°337 (mai 2017)
- Disponible en vente par correspondance au prix de 5,00 euros
- Disponible en version PDF au prix de 3,90 euros
- Pour ne rater aucun numéro, abonnez-vous en ligne !


Publicité

Commentaire (0)