En vidéo

Chargement du lecteur...

Essai Moto Guzzi 1200 Stelvio 2008

Essai du nouveau gros TT Moto Guzzi 1200 Stelvio sur les routes de Toscane. Par son style et ses performances, le trail latin compte bien s’imposer face à un certain trail germain !

Le designer Miguel Galuzzi (qui a signé la Ducati Monster) s’est chargé de donner une identité forte à la Stelvio avec une tête de fourche atypique qui intègre deux larges optiques.
- Pour la mécanique, les ingénieurs ont repris le bicylindre en V à 4 soupapes du roadster Griso et l’ont adapté à un usage tourisme en retravaillant les arbres à cames et la cartographie d’injection pour augmenter le couple à bas régime.

En dépit d’un poids conséquent de 251 kg en ordre de marche, la position droite, les grands guidons et l’assise large et confortable mettent immédiatement en confiance conducteur et passager.
- Dans sa version de base, la Stelvio dispose d’une boîte à gants à ouverture électrique, une bulle réglable manuellement en hauteur, ainsi qu’un un petit coffre sous la selle.

Le gros bi, équipé de la culasse 4 soupapes de la Griso, décolle surtout à partir de 5 000 tours et grimpe sans fléchir jusqu’à la rupture (8 300 tr/mn).
- Un vrai missile dont la tenue de cap repose sur des suspensions volontairement réglées ferme d’origine afin d’éviter à la partie-cycle des changements d’assiette trop brusques.
- Grâce à son large guidon la Guzzi se mène facilement, et sa garde au sol généreuse permet de la basculer franchement en courbe.
- Le freinage s’avère quant à lui très efficace avec une mention spéciale au disque arrière qui, à l’instar de la Griso, remplit très convenablement son office.

Verdict
La Stelvio réussit son entré sur le marché des gros trails. Elle offre même des arguments techniques et dynamiques si convaincants qu’elle se place d’emblée en redoutable rivale de la BMW R 1200 GS, pour un tarif quasi similaire.

Publicité
Infos en plus