En vidéo

Organisée par les antennes de la Fédération française des motards en colère du Gard et de l’Hérault (FFMC 30 et FFMC 34), la mobilisation avait deux points de rendez-vous ce 3 février : le stade des Costières, à Nîmes, pour la FFMC 30 et à Clermont-l’Hérault pour la FFMC 34. Ces deux antennes ont reçu le soutien des FFMC 13 et 48 (Bouches-du-Rhône et Lozère), venues donner un coup de main très apprécié vu le grand nombre de manifestants.

Non au 80
Chacun des deux points de rendez-vous a réuni pas moins de 2000 motards et quelques automobilistes. Ils venaient des départements du Gard et de l’Hérault, mais aussi des Bouches-du-Rhône et du Vaucluse pour dire leur opposition à l’abaissement à 80 km/h de la vitesse maximale autorisée sur les routes du réseau secondaire.

Impressionnant cortège
Au stade des Costières de Nîmes, il est 14h30 lorsque le convoi se met en branle en direction du giratoire de Gallargues, lieu de regroupement des deux cortèges. Un parcours de 21 km, par la nationale 113, à une vitesse de 30 km/h, ponctué de plusieurs arrêts occasionnant de gros problèmes de circulation. Arrivés sur la commune de Bernis, les militants ont même procédé à l’emballage, à l’aide de film plastique, du radar. Ils entendaient dénoncer également la politique de sécurité « rentière » dont l’objectif est d’engranger des dividendes au détriment de vraies mesures efficaces pour diminuer l’accidentalité sur les routes.

Lieu stratégique
Le convoi a ensuite continué sa route vers le giratoire de Gallargues, lieu stratégique choisi par les FFMC pour leur action de ce jour. Ce rond-point dessert la route des plages, la route de Montpellier, la route de Nîmes et l’entrée de l’autoroute A9. C’est ici que les deux manifestations, celle de la FFMC 30 et celle de la FFMC 34, ont choisi de se retrouver pour le grand final.

4000 motards
La rencontre des deux cortèges est impressionnante, ils sont plus de 4000 motards et près d’une centaine d’automobilistes à envahir l’énorme giratoire se garant où ils peuvent. Ils lancent immédiatement une opération barrage filtrant, avec une distribution de tracts aux autres usagers. « Cette mesure ne passe pas auprès de l’ensemble des usagers de la route - soulignent les représentants des FFMC. Les motards sont loin d’être les seuls concernés. En recevant nos tracts d’information, les autres usagers nous encouragent d’une Ne lâchez rien » !

De quoi galvaniser les troupes motocyclistes bien résolues à ne rien lâcher justement !

 - 
Publicité

Commentaire (0)