À quoi ça mène tout ça ? Inexorablement, à un phénomène de délinquance motocycliste, puisque les motos avec papiers sont inaccessibles. Or, les jeunes veulent faire de la moto coûte que coûte ! Ils la voleront en Tunisie ou ailleurs, ce qui crée un fléau, l’échange et la vente illégale de motos volées... Assainir ce bazar passe par la révision de la tarification des droits de douane, la révision du montant de la vignette et l’imposition aux compagnies d’assurances de jouer leur rôle sans rechigner.

Pourquoi avoir créé la FTMC ?

La création de la FTMC était une nécessité, car les motards tunisiens ont vraiment besoin d’une bannière qui les unit. La FTMAA (Fédération tunisienne de moto et activités associées) n’a pas voulu jouer ce rôle, bien que j’aie essayé de pousser son bureau à le faire.

Quels sont les projets de la FTMC pour 2014 ?

Nous mènerons une lutte juridique contre les compagnies d’assurances, le ministère des Finances (pour la douane et la vignette), le ministère des Transports (contre le contrôle technique et contre le permis de conduire fourni sans examen digne de ce nom et contre l’infrastructure routière non adaptée aux motos)... Bref, il y a du travail !

Comment as-tu vécu ce rallye de Tataouine ?

L’épreuve de Tataouine nous a beaucoup appris, nous ne pouvons que frapper encore plus fort dans les prochaines manches du championnat qui est toujours ouvert à nos amis motards de France et d’ailleurs. La Tunisie est un pays qui recèle beaucoup de trésors que les motards apprécieront à leur juste valeur.

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Publicité