En vidéo

Chargement du lecteur...

Essai Piaggio 250/400 MP3 LT : video entre les files

Testé sur le périphérique parisien, le MP3 250 LT y est aussi à l’aise qu’un scooter deux-roues. Bémol pour la suspension arrière sur les raccords de bitume et pour le moteur encore trop poussif. La circulation entre les files ne s’improvisant pas, quelques heures de formation sont conseillées aux automobilistes.

Est-ce bien raisonnable ?!

Fin septembre, Piaggio annonçait à grand renfort de communication la commercialisation des scooters trois-roues MP3 LT 250 cm3 et 400 cm3. Soit deux nouvelles versions, plus musclées, du MP3 125 cm3 qui cartonne en ville depuis deux ans.

Un peu plus de chevaux, une calandre redessinée... Des transformations qui passeraient inaperçues si, malin, le fabricant transalpin n’avait épluché la réglementation hexagonale (et allemande) ; il a modifié les versions 250 et 400 pour que l’on puisse les conduire sans disposer d’un permis A, mais avec un simple permis B (automobile) !

Tricycle à moteur

Comment ? Le constructeur a mis le train avant de son 3-roues en conformité avec l’arrêté français du 2 mai 2003, relatif à « la réception et à la réglementation technique des véhicules à moteur à deux ou trois roues ».

L’article 3 précise : « Pour l’application des dispositions du Code de la route (...) deux roues montées sur un même essieu et dont la distance entre les centres des surfaces de contact avec le sol est inférieure à 460 mm sont considérées comme une roue unique et appelées roues jumelées ».

Piaggio a procédé à un élargissement de l’essieu avant de son MP3 LT à 465 mm. Il devient donc un tricycle, qui se conduit avec un permis B comme le Can-Am Spyder. Pour se parer de toute critique, les Italiens proposent une formation aux acheteurs non titulaires du sésame moto : un module d’initiation de trois heures (135 €) peut être complété par deux autres modules d’une durée identique, le dernier comprenant une formation en circulation. Le tout (9 heures) coûte 390 € dans les écoles Monneret, partenaires de l’opération.

Concluant entre les files

Nous avons essayé le Piaggio MP3 LT 250 cm3. « L’embonpoint » pris par le train avant, de quelques millimètres seulement, ne se traduit pas sur la route, notamment en circulant entre les files de voitures sur le périphérique parisien (voir la vidéo). Logique, car l’empattement de la carrosserie n’a pas changé.

Le Piaggio MP3 LT se faufile aussi simplement qu’un autre scooter. Son train avant à deux roues procure au conducteur la sensation qu’il est en sécurité. Sensation parfois trompeuse, car au passage d’un mauvais raccord de goudron, l’arrière a tendance à glisser.

Même si le MP3 LT 250 est plus puissant que le 125 cm3, l’accélération demeure le point faible de cette machine. C’est interminable, sur les voies rapides, d’atteindre 110 km/h, voire de les dépasser. La version 400 cm3 procurera sans doute plus de sécurité à ce niveau. Il faudra, pour l’acquérir, débourser 7.799 €. Le 250 est disponible à 6.799 €.

C’est peut-être là le point faible du MP3 LT : un automobiliste consentira-t-il à investir une telle somme dans un engin à usage complémentaire au 4-roues ? Les ventes nous le diront dans les mois qui viennent.

Publicité
Infos en plus