En images

MV Agusta Turismo Veloce 800 : moteur plaisant MV Agusta Turismo Veloce 800 : finition soignée MV Agusta Turismo Veloce 800 : deux selles pour le prix d’une MV Agusta Turismo Veloce 800 : tableau de bord à écran TFT MV Agusta Turismo Veloce 800 : valises 30 litres MV Agusta Turismo Veloce 800 : stylée

D’emblée, la MV Agusta Turismo Veloce 800 impose une ligne à couper le souffle, alors que la plupart du temps, les machines de tourisme voient leur forme dictée par la fonction. Le regard se pose sur la légèreté de la poupe, avec cette coque arrière signée d’un coup de crayon franchement unique.

Position ramassée
En selle, on est surpris par la compacité de la moto. Le large guidon est assez près du corps, le fessier se cale dans le galbe de la selle et les genoux viennent se lover dans les échancrures des carénages… Une position plus ramassée que sur une Ducati Multistrada ou une Yamaha MT-09 Tracer. Question ergonomie, on peut régler les leviers en écartement et la hauteur de la bulle, mais pas celle de l’assise.

4 modes pré-intégrés
L’électronique embarquée permet toutes possibilités de réglage si les modes pré-intégrés ne conviennent pas. Sur les quatre proposés (Tourisme, Pluie, Sport et Custom) nous avons apprécié le premier. Il a pour utilité de paramétrer le contrôle de traction, l’ABS, le ride by wire, et de ne délivrer que 90 ch sur les 110 disponibles.

Turismo piano
Une GT, c’est plutôt fait pour rouler loin, alors direction l’arrière-pays niçois et à nous les beaux virages ! Problème, question suspensions, la Turismo Veloce n’est pas à la fête. Premier coupable, l’amortisseur arrière Sachs. Son ressort se montre vraiment trop souple et peu progressif, et comme son amorti hydraulique est quasi absent (compression et rebond), la MV « marsouine » sur ledit ressort.

La fourche étant bien plus dure que l’arrière, cela génère en plus un déséquilibre et des changements d’assiette importants. Un souci que nous n’avons pu essayer d’atténuer en réglant les suspensions, puisque que le staff de MV nous l’a carrément interdit. Ce qui en dit long sur le problème.

3-cylindres sympa
C’est dommage car le trois-cylindres maison, revu pour l’usage, est toujours aussi sympa ! Il grogne en bas, pousse dès les 3.500 tours, se fait méchant passé les 5.000 et semble pris de folie entre 7.500 et sa zone rouge (10.000 tours). Les 110 ch (en mode Sport) et les 8,5 m.kg sont présents, et suffisants pour se faire plaisir à tout moment, avec une sonorité typée Grand-Prix bien agréable.

Le freinage s’est montré autoritaire et sûr, avec un bon feeling sur l’avant et un arrière plutôt satisfaisant, ce qui est de plus en plus rare.

Verdict : mitigé…
Il est dommageable que MV Agusta ne se soit pas assez penché sur les prestations dynamiques de sa nouvelle venue, vraiment en-deçà de ce que propose une petite routière moderne. Pourtant, cette MV Turismo Veloce dispose de bons atouts, comme son moteur performant. Elle est d’une ergonomie bien pensée et d’un équipement de série très complet. Reste le tarif de 15.999 €, sans valises ni béquille centrale (en option)… Ça commence à piquer.

Fiche technique

MV Agusta Turismo Veloce 800 Données constructeur
Moteur
Type : 3-cylindres en ligne refroidi par eau, 4 T, 2 ACT, 4 soupapes par cylindre
Cylindrée (al. x cse) : 798 cm3 (79 x 54,3 mm)
Puissance maxi : 110 ch (81 kW) à 10.000 tr/min
Couple maxi : 8,5 m.kg (83 N.m) à 8.000 tr/min
Alim. /dépollution : injection/euro 4
Transmission
Boîte de vitesses : 6 rapports
Transmission finale : par chaîne
Partie-cycle
Frein Av (étrier à x pist.) : 2 disques Ø 320 mm (4 opp.)
Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 220 mm (2 opp)
Réservoir (réserve) : 22 litres (n. c.)
Poids à sec : 191 kg
Hauteur de selle : 850 mm
Pratique
Coloris : gris/rouge, gris/argent
Garantie : 2 ans pièces et M.O., assistance
Prix : 15.990 euros

Publicité