Essai

En vidéo

Chargement du lecteur...

MV Agusta F4 1000 : miracle à l’italienne

Moins cher, plus facile à piloter. MV descend de son piédestal. Bon, à 18.500 € (quand même !), ce n’est pas une moto populaire. Mais le plaisir à son guidon peut être abordé par le commun des mortels. Direction plus légère, moteur moins brutal (antipatinage), la belle latine dévoile tous ses charmes…

En images

MV Agusta F4 1000 : une vraie pistarde MV Agusta F4 1000 : raffinée MV Agusta F4 1000 : boîte de vitesses MV Agusta F4 1000 : à bord MV Agusta F4 1000 : échappement MV Agusta F4 1000 : freins

MV Agusta a été la première à doter son 4-cylindres d’une admission variable, sur la série limitée F4 Tamburini. Aujourd’hui, le passage de la firme sous la coupe de Harley-Davidson a produit notamment l’abaissement des coûts de production.

Le moteur garde une cylindrée de 998 cm3 en gagnant trois petits chevaux (186 contre 183 ch) ; mais on note l’installation de l’antipatinage (réglable sur 8 niveaux), d’une admission variable et d’une deuxième rangée d’injecteur. La suppression du balancier d’équilibrage est également à pointer suite à la refonte intégrale du vilebrequin.

Côté châssis, la F4 perd plus de 6 kg pour afficher 192 kg à sec. Le cadre treillis évolue peu, mais tous les périphériques changent (réservoir de carburant allégé de 5 litres (17 au total), bas de fourche offrant un pivot inférieur pour libérer l’axe de roue en quelques secondes...).

Sur la piste rapide et étroite d’Almeria (Espagne), la nouvelle MV a révélé un séduisant potentiel. Désormais, une simple impulsion sur le guidon ou une légère pression du genou sur le réservoir suffisent à inscrire la F4 sur la trajectoire. Le travail des suspensions gère au mieux les changements d’assiettes et gomme les déformations du bitume.

L’admission variable participe à ce fonctionnement feutré : à 8500 tr/min, les injecteurs hauts se mettent en action, et 2000 tr/min plus tard, les cornets se soulèvent pour favoriser une entrée d’air plus franche dans les cylindres. Avec ce changement de mode, le moteur prend du régime avec aisance. Les yeux rivés sur la sortie de courbe – le « traction control » ajusté sur une position intermédiaire –, on s’autorise désormais à ouvrir franchement les gaz...

Verdict
Les coûts ont baissé : 2000 euros de moins que le précédent modèle. Les qualités de la F4 induisent cependant un prix toujours peu démocratique (18 500 €). La MV offre des prestations de haut niveau, même si le peps de son 4-cylindres marque encore le pas face à ces délurées rivales.

Infos en plus
Publicité