En images

Stéphane Pénet, M sécurité à la FFSA FFSA et cyclos : pour un BSR renforcé

- Stéphane Pénet a d’ailleurs ajouté que le gouvernement semblait reculer : « D’après nos informations, Dominique Bussereau (secrétaire d’État aux Transports, ndlr) a refusé de signer le décret d’application. » Il y a donc peu de chances que la « procédure VE » soit appliquée, le 15 avril 2009, aux automobiles comme aux deux-roues motorisés.

Mobilisation toujours de rigueur

- Cette bonne nouvelle ne doit toutefois pas contribuer à faire faiblir la mobilisation des usagers à deux roues comme à quatre, appelés par la Fédération française des motards en colère (FFMC) à manifester les 21 et 22 mars prochains.
- En effet, cette estimation des assureurs ne constitue en aucun cas une annonce officielle d’arrêt de la « procédure VE ». Le gouvernement attend certainement de jauger le mécontentement de la population avant d’effectuer une telle annonce.

La FFSA renonce au contrôle technique cyclo

- La FFSA avait, il y a quelques semaines, proposé d’instaurer un contrôle technique des cyclomoteurs et scooters 50 cm3 afin de réduire les accidents de la route dans la tranche d’âge des 14-18 ans.
- Elle est revenue en arrière sur cette idée : « Le contrôle technique des cyclos serait complexe à mettre en œuvre », explique Stéphane Pénet. « Nous préférons militer auprès des pouvoirs publics pour une amélioration du Brevet de Sécurité Routière (BSR), qui doit devenir un véritable examen. »

- La FFSA prône également la mise en place d’un véritable continuum éducatif, afin que la formation à la conduite fasse l’objet d’une heure de pédagogie chaque mois, à l’école, dans toutes les tranches d’âge.
- Une mesure qui lui a été soufflée par son partenaire, l’association Prévention routière.
- Cette dernière a elle-même « piqué » cette idée à la FFMC et la Mutuelle des motards, qui défendent le continuum éducatif depuis des années. Il est intéressant que constater que la sécurité des ados devient un thème universel permettant aux sociétés d’assurance de se rallier à la bannière des mutuelles…

Publicité
Publicité