Avez-vous estimé le potentiel d’activité que représente la nouvelle procédure VE ?
- Nous avons effectué en 2008 des tests d’application sur les 2-roues motorisés comme sur les automobiles. Tout véhicule confondu, environ 10 % du parc roulant va être impacté par la procédure VE, soit 350.000 véhicules (sur un parc roulant total de 3,5 millions de véhicules). Il ne s’agit pas de passer toutes les motos roulantes sur un banc de puissance.

C’est une manne pour les cabinets d’expertise !
- Cela représente une croissance de l’activité mais nous sommes préparés. Nous ne raisonnons pas en terme de chiffre d’affaires. Cette procédure constitue une avancée en termes de sécurité routière. C’est dans la nature de l’être humain d’être réticent au changement, même quand il lui est favorable.

Propos recueillis par N. G.

Prochain et dernier volet de notre dossier : « Cette procédure va nous compliquer la vie », interview d’un expert peu convaincu du gain pour la sécurité de la « VE ». Il craint en outre des dérives et relève certains paradoxes.

Publicité
Publicité