Essai

Cinquante ans, ça se fête ! La Moto Guzzi V7 III Racer s’appuie sur son demi-siècle d’histoire et sa belle gueule pour venir titiller notre fibre vintage. Et elle y réussit avec ses demi-guidons, son porte-numéro alu, sa selle monoplace et son cadre et bras oscillant rouge « Rosso Corsa ».

Mais sa fameuse motorisation pleine de vie est aussi là pour nous faire craquer, d’autant que les ingénieurs ont donné plus de volume aux culasses, que le fin réservoir - malgré ses 21 litres de contenance - a le bon goût de ne pas dissimuler lorsque l’on baisse le regard depuis la selle.

À cette émotion visuelle, s’ajoute la sonorité rauque de l’échappement et les vibrations si caractéristiques du bloc transversal. Au ralenti, la machine s’ébroue déjà joyeusement comme pour montrer son impatience de grimper dans les tours. La Guzzi n’a donc rien perdu de son âme en passant à la norme Euro 4.

Demi-guidons
Bien que dotée de demi-guidons fixés sous un magnifique té de fourche taillé dans la masse, la Racer s’illustre par sa facilité de prise en main et son aisance en ville, aidée par la finesse de ses pneus, son bon rayon de braquage et son poids contenu. Les plus grands prendront juste soin de se reculer sur la selle pour éviter aux genoux de chauffer au contact des cylindres.

Amortisseurs Öhlins
La Racer se distingue également par ses deux amortisseurs Öhlins à bonbonne séparée, réglables en tous sens. De quoi légitimer son prix - 10 499 € tout de même -, et son appellation Racer en apportant la rigueur suffisante pour s’amuser sur les petites départementales, son terrain de prédilection, où la souplesse de son moteur et son couple omniprésent font merveille. Notons que le freinage (ABS non débrayable) est calibré pour les performances de l’engin.

Verdict : chère version sport…
Côté look, cette V7 n’est pas loin du sans-faute et saura attirer les regards attendus aux terrasses. Un privilège qui se paie au prix fort : 10 499 €. Guzzi s’appuie sans doute sur le dicton selon lequel « quand on aime on ne compte pas ».

Ce qui n’empêchera pas les amateurs de vintage de comparer cette V7 à la Ducati Scrambler Classic, plus puissante et au même tarif, ou à la Triumph Street Scrambler à la finition exemplaire, pour 200 € de plus. À méditer.




À découvrir dans Moto Magazine

Tous les essais des nouveautés 2017, rodages comme comparatifs, sont publiés dans Moto Magazine. Pour être sûr de les lire, abonnez-vous en ligne !

Fiche technique

Moto Guzzi V7 III Racer (données constructeur)
Moteur
- Type : bicylindre en V à 90° longitudinal refroidi par air, 4 T, culbuté, 2 soupapes par cylindre
- Cylindrée (al. x cse) : 744 cm3 (80 x 74 mm)
- Puissance maxi : 52 ch à 6 200 tr/min
- Couple maxi : 6,1 m.kg à 4 900 tr/min
- Alim. /dépollution : injection/Euro 4
Transmission
- Boîte de vitesses à 6 rapports
- Transmission finale : par arbre
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 320 mm (4 opp.)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 260 mm (2 juxt.)
- Pneu Av - Pneu Ar : 100/90/18 - 130/80/17
- Réservoir (réserve) : 21 litres (4)
- Poids annoncé : 209 kg tous pleins faits
- Hauteur de selle : 770 mm
Pratique
- Coloris : gris
- Garantie : 2 ans pièces et M.O., assistance
- Prix : 10 499 €

Publicité