En images

Contrôle technique des cyclos repoussé à 2012 Cyclo débridés : amende directe au conducteur Formation : 7h pour les 125 ; c’est officiel Les motards disent non au contrôle technique !

Lors du Comité interministériel de sécurité routière (CISR) du 18 février 2010, le dernier en date, François Fillon l’avait en effet annoncé comme une mesure phare, destinée à lutter contre l’insécurité routière. Et puis, patatras, le flan est retombé à mesure que les fonctionnaires du secrétariat d’État aux Transports planchaient sur les modalités d’application du CT cyclo… Résultat, la mesure ne sera pas appliquée avant… 2012 !

Reculade gouvernementale
Ce que l’on peut considérer comme une reculade du gouvernement est aussi une victoire du monde motard. En quel honneur ? Les massives mobilisations derrière le flambeau de la FFMC, le 13 mars et le 23 octobre derniers, ont permis à la Sécurité routière de mesurer combien les motards ne voulaient pas d’un CT.

« Les pouvoirs publics se rendent compte de la difficulté de créer un contrôle technique », constate Eric Thiollier, délégué général de la FFMC. Fédé qui ne crie pas pour autant victoire : « Cette reculade est une invitation à maintenir la pression. 2012, ce n’est que dans un an… » Et un an, ça passe vite. D’autant que, si les motards venaient à baisser la garde, dans un an, le gouvernement pourrait tout aussi bien promulguer un contrôle technique tous deux-roues. Le lobby des centres de CT, avec le réseau Securitest en tête, pousse en ce sens.

Bien vu, les 7h de formation…
« Pour le moment, nous préférons affirmer notre satisfaction de voir que le gouvernement a instauré 7 heures de formation pour la conduite d’une 125 cm3 par le titulaire d’un permis auto », souligne Eric Thiollier. C’est une mesure qui va dans le bon sens, une moto ou un scooter ne se conduisant pas comme une auto.

« Mais il faudrait aussi que l’effort de formation se porte sur les automobilistes, qui sont impliqués dans deux tiers des accidents mortels de motocyclistes », nuance Marc Bertrand, chargé de mission Sécurité routière à la FFMC. Autrement écrit, que l’on apprenne à l’automobiliste, lors des leçons de conduite du permis, à déceler la présence d’un deux-roues dans son environnement, et à adapter son comportement en conséquence. Il y a encore du pain sur la planche en matière de formation… Restons mobilisés !

Publicité
Publicité