On savait l’État enclin à faire passer le permis de conduire aux postiers. Mais on se doutait moins que des opérateurs de contrôle technique pourraient bientôt s’occuper de l’épreuve du code de la route...

Ainsi, on apprend sur legifrance.gouv.fr qu’un arrêté a été publié le 8 février 2017, « portant agrément de Dekra Services France en qualité d’organisateur de l’épreuve théorique générale du permis de conduire ».

La société Dekra est donc habilitée à faire passer des épreuves du permis de conduire dans l’Hexagone. Une bien belle manière d’inciter les futurs conducteurs à ne pas oublier de passer par la case « contrôle technique »...

Les opérateurs privés habilités à faire passer le code de la route sont désormais :
- Groupe La Poste,
- Bureau Veritas,
- SGS Automotive Services,
- Dekra Services France.

Ce mélange des genres est-il problématique ? Certains de ces opérateurs sont intéressés aux problématiques de l’automobile et de la circulation. Cela ne choque pas le gouvernement qu’ils soient inclus dans le processus d’enseignement de la conduite ? Apparemment, non.

Contentieux avec les motards
Pour la petite histoire, rappelons qu’il existe un vieux contentieux entre le réseau de contrôleurs et les motards. En fin d’année 2011, alors que le débat sur un contrôle technique bisannuel obligatoire au niveau européen était à son paroxysme, le réseau avait pris un stand au salon de la moto de Paris. Sans doute pour prêcher la bonne parole au sein même de la population concernée... Mais face à la perspective d’une rencontre inopinée avec les « motards en colère », le service comm’ de l’enseigne avait rapidement déménagé avant l’ouverture de l’exposition.

L’Europe du contrôle
La marque, très forte en Allemagne où le contrôle technique moto est déjà implanté, a exercé un lobbying actif auprès de l’Union européenne afin d’imposer le contrôle technique 2-roues à l’échelle du Vieux continent. Sans succès...

Mais le combat fut âpre, et émaillé de batailles homériques, comme ce « cadenassage » du siège français de Dekra par l’antenne parisienne de la FFMC.

En 2013, les motards l’emportaient, la perspective de cette obligation étant repoussée à la hâte à 2022.

En 2015 et 2016, l’idée du contrôle technique à la revente a été débattue en France sous l’impulsion du délégué interministériel à la Sécurité routière. Les antennes départementales de la FFMC ont manifesté devant les centres de contrôle technique Dekra, comme un symbole. Cette fois, l’enseigne n’était pas favorable au projet, peu viable économiquement. En attendant une autre forme d’entrisme sur le CT des motos et scooters...

À lire sur Motomag.com

- Radars embarqués : bientôt la privatisation !
- 40 Millions d’automobilistes estime le gain de la privatisation des radars à 2 milliards d’euros

Publicité
Publicité