Parallèlement, l’Afssaps édite un document intitulé « Médicaments et conduite automobile » à l’attention des médecins généralistes et des pharmaciens d’officine, ainsi qu’un dépliant destiné au grand public (disponible en pharmacie).
Cette mesure doit être appliquée dans un délai d’un an à compter du 2 août 2005 (date de publication du décret au Journal officiel). Toutefois, si dans ce même délai un médicament fait l’objet d’un renouvellement ou d’une modification de composition, les nouveaux pictogrammes doivent être apposés immédiatement.

Les médicaments à risque

Une multitude de médicaments sont susceptibles d’altérer les capacités de conduite. Ils peuvent être prescrits pour lutter contre une allergie, une douleur ou une infection mais aussi pour traiter une maladie chronique (hypertension, diabète, rhumatismes, troubles urinaires…).
Ils peuvent aussi être conseillés pour des maladies bénignes (rhume, toux, angine, maux de dents…), voire achetés sans ordonnance. Dans tous les cas, il s’agit d’être particulièrement attentif au début du traitement car les effets potentiellement dangereux pour la conduite sont plus importants.

Mais l’arrêt du traitement peut aussi jouer de mauvais tours. En effet, lorsque vous cessez de prendre un remède auquel votre organisme est accoutumé, des signes de sevrage (nervosité, anxiété, malaise…) apparaissent parfois.
Dans d’autres cas, des troubles dont vous ne souffriez plus en cours de traitement peuvent réapparaître. Pour autant, il n’est pas toujours nécessaire de remiser la moto au garage car certains effets d’un traitement potentiellement dangereux pour la conduite peuvent progressivement s’estomper.

Les signaux d’alerte

Si vous avez l’intention de conduire après avoir pris un médicament, vous devez être attentif à l’apparition d’un ou de plusieurs des signes suivants : fatigue, envie de dormir, sensation de faiblesse, vertiges, vision trouble, mauvaise appréciation des distances, difficultés à voir lorsque la nuit tombe, tremblements, mouvements involontaires, sensations de fourmillements dans les membres ou d’engourdissement, troubles du comportement (agressivité, nervosité…) ou du jugement (se sentir excessivement sûr de soi ou au contraire, particulièrement angoissé).

Dans la boutique motomag :

- Commandez le guide de conduite moto, "100 conseils pour rouler en sécurité !"

Publicité
Infos en plus
Publicité