En images

Mal de dos : sac à dos Mal de dos à moto : la position custom, dur, dur…

En moto, plus le dos conserve sa position naturelle (celle adoptée pendant la marche), moins il encaisse directement les secousses de la route. Résultat, le confort varie sérieusement d’une moto à l’autre en fonction du triangle : guidon, repose-pied, selle.

- Détaillons cette position catégorie par catégorie.

Trails et GT
La position de conduite adoptée sur un trail ou une GT est celle qui permet de ménager au mieux son ossature et sa musculature dorsale.
- La position des repose-pieds permet de pouvoir garder un appui permanent et régulier sur les jambes, et notamment les cuisses (quadriceps).
- En outre, le pare-brise présent sur la quasi-totalité des modèles garantit une faible sollicitation des vertèbres cervicales.

Roadster
La position de conduite imposée par un roadster est, avec celle au guidon des trails et des GT, l’une des plus reposantes pour le dos car l’appui sur les jambes est facile. Le guidon généralement plus plat et placé en avant peut cependant imposer certaines contraintes supplémentaires aux muscles et vertèbres dorsales. De plus, l’absence de pare-brise ou de bulle accentue les contraintes sur la zone cervicale.

Une bonne position en appui léger sur les bras permet de tenir de longs trajets sans souffrir du dos. {JPEG}

Custom
Sur un custom, le dos n’est quasiment jamais protégé des secousses puisqu’aucun appui sur les jambes n’est possible. Médicalement, la position imposée est donc une ineptie, d’ailleurs source de nombreuses douleurs lombalgiques (zones lombaires, sacrum et coccyx) et sciatiques (nerf comprimé par un disque intervertébral endommagé). Seule la zone cervicale est épargnée, d’autant que la vitesse est limitée par l’absence de protection. Pour autant, (et heureusement !), tous les conducteurs de custom ne souffrent pas du dos !

Sportive
La position de conduite sur une sportive engendre une fatigue prématurée au niveau de la zone cervicale (tête basculée en arrière des épaules), tandis que les guidons les plus radicaux (type « bracelets ») peuvent contraindre le conducteur à voûter exagérément la colonne vertébrale (zones dorsale et lombaire). Cette position sollicite aussi excessivement les muscles dorsaux situés sous les épaules. Par contre, l’appui quasi exclusif sur les jambes préserve la zone lombaire des secousses.

La position sport avec les commandes basses fatiguent parfois les cervicales pour maintenir le regard au loin. {JPEG}

Publicité

Commentaires (17)

Infos en plus
Publicité