En images

Les dangers des camions : visibilité / angle mort Les dangers des camions : mouvements antagonistes Les dangers des camions : turbulences

Aucune visibilité arrière
Quelque soit le gabarit du camion, le chauffeur ne dispose que des rétroviseurs latéraux pour gérer ce qui se passe derrière lui et sur ses côtés.
- La partie située juste à l’arrière du poids lourd, non reflétée dans les miroirs, est une zone d’ombre totale pour le conducteur. En deçà d’une dizaine de mètres d’écart, tout véhicule qui le suit n’est plus visible.
Cette donnée est plus cruciale encore lors des manœuvres (marche arrière, surtout), car l’un des deux rétros devient inopérant du fait qu’il ne retransmet que l’image du flanc de la (des) remorque(s).

Angles morts
Du fait de la taille modeste et de la surface réduite d’une moto, nous devenons vite invisibles dans de nombreuses zones aux abords d’un camion.
- Le principal angle mort se situe à proximité de la cabine du côté opposé au chauffeur.
- Selon les caractéristiques des cabines (surfaces vitrées, emplacements des montants de pare-brise…), ces angles morts sont plus ou moins nombreux vers l’avant.
- Une fois encore, la proximité immédiate de l’engin entraîne une zone « d’invisibilité » totale.

Mouvements antagonistes
Pour tourner sans rouler sur l’accotement ou le trottoir, le chauffeur du camion est contraint d’élargir son virage, en empiétant parfois sur le côté opposé de la chaussée.

En tentant de le dépasser d’un côté ou de l’autre, nous pouvons nous faire enfermer à l’intérieur de l’ensemble roulant, ou être poussés vers l’extérieur de la chaussée. Cette caractéristique est d’autant plus importante sur un camion articulé. Se méfier alors de l’avant de la remorque qui se déporte encore plus largement que la cabine.

Zone de turbulences

- Lors d’un dépassement, nous devons éviter d’être déséquilibré par le phénomène d’aspiration (arrière et latéral) généré par un camion.
- En fin de manœuvre, le phénomène peut s’inverser à l’aplomb de la cabine et projeter la moto vers l’extérieur, surtout par fort vent latéral.
- L’hiver, il est fréquent qu’une pellicule de givre se forme sur la carrosserie, les bâches... et se détache sous l’effet de la vitesse. Idem pour les paquets de glace amassés dans les passages de roues et qui tombent brutalement devant nous…

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus
Publicité