En images

Remonter les files en ville

C’est le long de la file la plus à gauche de la chaussée qu’il est de coutume de circuler. Il peut arriver que les véhicules en attente ménagent un espace entre les deux voies de circulation.

Attention, les automobilistes franciliens sont plus attentifs et plus habitués à cette façon de circuler des motos et scooters que leurs homologues de province. Il s’agit donc d’adapter sa pratique aux différentes villes traversées, et d’essayer tant que faire se peut d’identifier la provenance des véhicules dans les files en fonction des plaques d’immatriculation.

Vitesse : pas plus de 20 km/h de différentiel
Pour se ménager la possibilité de réagir en cas d’urgence, ne remonter que des files de véhicules arrêtés ou avançant à très faible allure (moins de 40 km/h). Le différentiel de vitesse avec le flux remonté ne doit pas dépasser 20 km/h.

Adhérence réduite
Le revêtement de la zone de chaussée située près de l’axe médian est souvent très sale et gras (côté trappe de réservoir de la plupart des véhicules, des sorties d’échappement…).
- Prendre garde au moment d’entamer un freinage.
- Attention aux séparateurs de voies (couloirs de bus, pistes cyclables...) qui peuvent s’avérer très piégeux (relief prononcé, manque de signalisation, peinture glissante…).

Contrôle de la circulation des autres
- Cherchez à capter les regards des automobilistes dans les rétroviseurs, gage qu’ils vous ont repéré.
- Le sens de braquage des roues des voitures est un meilleur indicateur que le clignotant (souvent oublié…) pour prévoir les manœuvres à venir.
- Rester en permanence attentif à ses propres rétroviseurs, pour y surveiller l’attitude des autres conducteurs de deux-roues, qui peuvent parfois dépasser sans précaution.

Se rendre visible
L’usage des signaux lumineux et sonores doit être réalisé avec discernement.
- Les clignotants (voire les warnings) permettent d’attirer l’attention d’une majorité d’automobilistes. C’est plus efficace et courtois que de forcer le passage à coup d’appels de phare et/ou de klaxon (voire « savatage » de portières)…

Gare aux pièges
En ville :
- Le véhicule qui tourne à gauche, parfois sans prévenir, reste la cause de plus de 30 % des collisions.
- Prévoir la portière qui s’ouvre inopinément, le piéton ou le cycliste caché entre deux véhicules, les évolutions des « pros » de la file d’attente (laveurs de pare-brise, vendeurs de journaux, mendiants…).
- Prendre garde aux deux-roues qui évoluent dans la même zone de chaussée, mais dans le sens opposé de circulation.

Dans la Boutique Motomag.com

- Pour rouler en sécurité, consultez le guide « 100 conseils de conduite moto et scooter »

Publicité
Infos en plus
Publicité