Que pensez-vous du projet du gouvernement de confier à des sociétés privées la conduite des voitures-radar, ces véhicules banalisés qui permettent de détecter les excès de vitesse dans le flot de circulation ?
Le projet que vous évoquez, qui consiste à déléguer à des sociétés privées, sous contrôle de l’État, est en cours d’expérimentation en Normandie. Il conviendra dans quelques mois d’en tirer le bilan pour acter son extension aux autres départements.

L’objectif est avant tout de soulager les forces de police, qui ont été depuis quelques mois, et sont toujours, très mobilisées par le renforcement du plan Vigipirate. À terme, cela contribuera à ce que les forces de l’ordre se recentrent sur leur cœur de métier sans mettre à mal la sécurité de nos routes.

Car c’est bien de sécurité dont il est question. J’entends, bien entendu, l’exaspération des automobilistes ou des motards, mais la limitation de la vitesse sur les routes contribue à renforcer la sécurité de tous. Il faut rappeler que les motards sont parmi les plus exposés aux accidents de la route, il y a en proportion bien plus de victimes en moto qu’en voiture.

C’est cet objectif de renforcement de la sécurité sur les routes qui est poursuivi par le renforcement des heures d’utilisation de ces radars mobiles. Il ne s’agit en aucun cas de voir s’installer une « course aux PV ». La Sécurité routière a d’ailleurs rappelé que ces sociétés privées ne sont pas payées au nombre d’infractions. C’est également cet objectif qui doit nous mobiliser collectivement, État et usagers de la route.

Le choix qui a été fait de commencer par une expérimentation sans PV effectif, puis de passer dans un second temps à une phase concrète, me semble être le bon. Ce temps permettra à chacun de soulever les points qui peuvent poser problème et d’améliorer le dispositif. Et s’il s’avère que ce choix n’est pas adapté, nous ne l’étendrons pas.

Quelle est votre position sur le système de contrôle automatisé des infractions routières et la politique de la sécurité routière en général ?
La sécurité routière est l’affaire de tous. Elle est, et doit rester, une priorité pour l’État. Durant l’année 2016, ce sont encore plus de 3 400 personnes qui ont perdu la vie sur les routes de France.

Je veux renforcer la politique publique en matière de sécurité routière en y associant l’ensemble des acteurs, et notamment les collectivités locales et les associations d’automobilistes, de motards, de victimes. Chacun doit prendre conscience du travail collectif que nous devons mener pour faire évoluer certains comportements. Chaque usager de la route est un maillon de la chaine pour garantir la plus grande sécurité sur les routes.

S’agissant du système de contrôle automatisé des infractions routières, il est une aide précieuse pour les services de police et de gendarmerie et un outil qui a fait ses preuves. Sa mise en place a notamment un effet incontestable sur le respect des limitations de vitesse et donc sur le nombre d’accidents.

Les réponses des candidats

- Les réponses de Nathalie Arthaud, Lutte ouvrière
- Les réponses de François Asselineau, Union populaire républicaine
- Les réponses de Jacques Cheminade
- Les réponses de Nicolas Dupont-Aignan, Debout la France
- Les réponses de François Fillon, Les Républicains
- Les réponses de Jean Lassalle
- Les réponses de Marine Le Pen, Front national
- Les réponses d’Emmanuel Macron, En marche !
- Les réponses de Jean-Luc Mélenchon, La France insoumise
- Les réponses de Philippe Poutou, Nouveau parti anticapitaliste

- L’analyse de Moto Magazine (1/2)
- L’analyse de Moto Magazine (2/2)
- L’analyse de la FFMC

Réagissez !

Donnez votre opinion en commentaire lié à cet article.
Attention, tout commentaire assimilé à du prosélytisme en faveur d’un parti politique sera supprimé.

Enquête Moto Magazine : voitures-radar privatisées, les dessous d’un scandale d’État

Découvrez l’enquête exclusive menée par Moto Magazine sur la privatisation des voitures-radar, dans le numéro d’avril 2017 qui arrivera chez votre marchand de journaux le jeudi 30 mars.
- Cliquez ici pour acheter en ligne Moto Magazine n°336 d’avril 2016

- Chaque mois, Moto Magazine traite des sujets de société liés à la pratique du 2-roues ; pour les lire, abonnez-vous.

Publicité
Publicité