Bilan occasion

En images

Ducati 620 i.e S Monster : une ligne Ducati 620 Monster : direction à surveiller Ducati 620 Monster : version Dark Ducati 620 Monster : joints moteur

Points forts :

- Rouler en Monster, c’est préférer le sucre roux à l’édulcorant de synthèse.
- Chaque tour de roue réveille la passion. Le caractère moteur est bien sûr au centre de cette attraction irrépressible.
- La sonorité du bicylindre est la meilleure bande-son pour illustrer cette idylle.
- La sobriété (5 litres/100 km en moyenne) et l’excellente accessibilité mécanique permettent de maintenir le coût d’utilisation dans des valeurs très modérées, d’autant que le 620 cm3 n’est pas du genre à brûler un boudin arrière entre deux vidanges. De quoi économiser pour assurer l’entretien le plus méticuleux possible.
- La cote a tendance à se tasser depuis la sortie de sa remplaçante (modèle 695), ce qui permet de limiter l’investissement initial.

Points à surveiller :

Problème fréquent 20 % et + :

- Défaut d’étanchéité et vibrations mettent à mal l’ensemble des connexions : faux contacts (oxydation, cosses desserties, fils sectionnés) et courts-circuits sont monnaie courante.

Incidents rares 2 à 19% :

- Tester la douceur de la sélection et l’absence de patinage à la remise des gaz (usure des disques d’embrayage dès 20 000 km). Une commande spongieuse trahit un récepteur d’embrayage hors d’usage.
- Fuites possibles aux plans de joints (embase, culasse...).
- Le treillis tubulaire situé derrière la colonne de direction peut révéler les traces d’un choc (fissure, pliure, peinture écaillée). Vérifier la stabilité en ligne droite et la neutralité en courbe.
- Faiblesse des joints spi de fourche (risque de fuite dès 10 000 km).
- Des roulements usés, parfois hors d’usage dès 20 000 km, entraînent jeu latéral dans les roues, point dur dans la direction, et grondements suspects.

Incidents isolé – de 2% :

- Le bras oscillant (sa vis de serrage surtout) est parfois usé par la chaîne, surtout si le pignon de sortie de boîte a été remplacé par un 14 dents.
- La jante avant, peu protégée par les pneus taille basse (60’), peut être déformée localement (nid-de-poule).

Consommables :

- Pneu Av de 8 000 à 20 000 moyenne 15 000
- Pneu Ar de 5 000 à 15 000 moyenne 10 000
- Plaquettes Av de 9 000 à 25 000 moyenne 15 000
- Plaquettes Ar de 12 000 à 25 000 moyenne 20 000
- Kit chaîne de 12 000 à 25 000 moyenne 15 000
- Conso moyenne 5 litres/100 km

Au baromètre de l’occasion :

Même si la Monster attise les ardeurs des vendeurs, la tendance est à la normalisation des cours depuis la sortie de la 695. Le point capital qui préside à tout achat est l’entretien. Mieux vaut acheter une Monster sortie de révision à 21 000 km qu’une autre non révisée à 19 000 km, même si elle revient
à 300 € de moins...

L’essai en bref :

Même si l’injection a domestiqué le bicylindre italien, la petite Monster demeure toujours aussi atypique et radicale. Elle permet de s’initier à la conduite d’un engin de caractère sans risque de se faire dépasser. Le moteur propose d’exploiter les limites d’un châssis très vif et très bien suspendu, même si le confort est mis entre parenthèses. Dotée d’un freinage aussi puissant que progressif, elle est parfaite pour les balades ludiques, et se révèle même l’une des favorites des amateurs d’itinéraires de montagne. Côté grimace, cette Ducati rechigne à évoluer en ville à cause d’un rayon de braquage trop important, et reste totalement inadaptée au duo du fait d’une selle trop courte.

Dans la boutique
Pour ne rater aucun bilan occasion, abonnez-vous à Moto Magazine

Publicité

Commentaire (0)

Infos en plus