En images

SR à l’intérieur : Hortefeux récupère la Sécurité routière SR à l’Intérieur : l’ombre de Nicolas Sarkozy SR à l’Intérieur : quid de Michèle Merli ? SR à l’Intérieur : vers une colère des motards ?

De la sécurité, le citoyen va en être rassasié jusqu’à l’élection présidentielle de 2012…

Répression avant éducation
On ne sait si elle portera encore ce nom en 2011, mais la Direction à la sécurité et à la circulation routières (DSCR) migre donc du secrétariat d’État aux Transports à l’Intérieur. On le supputait depuis des mois déjà, et Motomag.com s’était fait écho du transfert probable à plusieurs reprises. Cela induit que l’accidentologie routière est considérée par ce gouvernement comme un problème relevant de la compétence des forces de l’ordre (police et gendarmerie), plus que de la construction et l’entretien des routes. On risque de voir apparaître de plus en plus de systèmes de contrôle, automatiques ou non, et de moins en moins de campagnes de prévention, ou encore de sensibilisation, ou encore d’éducation. La priorité ira, en toutes circonstances, à la répression.

Menace de grève
Certains l’ont déjà compris : le syndicat d’inspecteurs du permis de conduire Snica-FO (Syndicat national Force ouvrière des inspecteurs, cadres et administratifs du permis de conduire et de la sécurité routière) menace d’une « grève inéluctable » : « Sans concertation, sans consultation des organisations représentatives des personnels, de manière arbitraire, et sans tenir compte des dossiers en cours, le gouvernement veut nous envoyer sous l’autorité hiérarchique du ministère de l’Intérieur et des préfets », déplore le Snica-FO sur son site Web. « Le syndicat a fait une ultime proposition au secrétaire d’État aux Transports, seul susceptible d’éviter le conflit. Monsieur Thierry Mariani vient de nous indiquer ne plus être notre interlocuteur (…) Nous devons d’ores et déjà préparer la mobilisation, dont les modalités seront définies par la commission exécutive. »

La création du grand ministère de l’Intérieur, rêvé par le président de la République, promet d’être un parcours semé d’embûches.

Publicité
Publicité