Informations contradictoires. Le Parisien, plutôt bien informé d’ordinaire sur les questions de sécurité routière, a tablé, dans son édition du 7/01 bouclée la veille au soir, sur une hausse, estimant les tués entre 4 350 et 4 400 en 2009. La double page du quotidien annonçait une levée de bouclier des associations, telles La Prévention routière et la Ligue contre la violence routière, sur le thème : on assiste à une démission de l’État.

« Il faut que le président de la République, très vite, tienne un discours fort sur ce sujet », expliquait ainsi Bernard Pottier, président de la PR, dans le quotidien. Un résultat catastrophique, tel cette hausse, aurait fait désordre dans le bilan gouvernemental à quelques mois des élections régionales. D’autant que l’objectif présidentiel demeure de descendre sous la barre des 3 000 décès en 2012.

Une perspective de moins en moins convaincante malgré la hausse du nombre de radars automatiques sur le bord des routes... Les services du secrétariat d’État aux Transports l’ont peut être compris, et communiqué sur un chiffre à la baisse de quelques unités, plus politiquement correct que la hausse probable révélée par Le Parisien.

Ils en ont la possibilité, les services de l’État étant les seuls à détenir les statistiques officielles, obtenus grâce au relevé sur le terrain par les forces de l’ordre, et les préfectures, du nombre d’accidents par département. Statistiques sur lesquelles se base toute la politique de sécurité routière du gouvernement...

Estimation… Les fonctionnaires ont bien précisé, comme à chaque début d’année, qu’il s’agissait d’une estimation et non du nombre exact de décès survenus sur nos routes. Le chiffre définitif ne sera connu qu’en mai ou juin prochains, et la politique ne peut attendre aussi longtemps.

Nous ne connaissons pas, par ailleurs, le nombre de motocyclistes décédés sur les routes françaises en 2009. Nous espérons seulement qu’il sera moins important, lui aussi, qu’en 2008 (844 décès dans la France entière, Dom-Tom compris). Et que le gouvernement ne cherchera pas à faire porter le chapeau à une catégorie d’usagers par une simple opération statistique.

Publicité
Infos en plus
Publicité