« Là, vous êtes en train de lire. Donc vous n’êtes pas mort dans un accident de la route, l’année dernière... », c’est par cette petite phrase accrochante que notre consœur Jessica Thomas, journaliste sur le site Internet de Marianne, revient sur la campagne de la Sécurité routière à laquelle est associé le site www.les12000.fr.
S’appuyant sur cette dernière, la journaliste pose un regard critique sur l’interprétation des chiffres statistiques de l’ONISR (Office national interministériel de sécurité routière).

Slogan. « Élodie est en vie. Comme les 12.000 autres personnes sauvées sur les routes de France, en 6 ans, grâce à votre conduite plus responsable. 12.000 personnes qui continuent à vivre, tout simplement. Alors continuons. »
Pourtant, Élodie et les autres individus des clips (Caroline, Rémi, ...) et affiches ne sont pas des miraculés qui ont été « sauvés ». Pour la bonne raison qu’ils n’existent pas : « Ce sont des chiffres à qui on a donné forme humaine. Ils n’ont donc pas été sauvés. Ils sont juste pas morts. Pas plus que les enfants qui n’ont pas été conçus n’ont été tués », souligne très justement Jessica Thomas.

Il ne s’agit donc que d’une estimation du nombre de personnes qui seraient mortes si le gouvernement n’avait pas agi. Entendez par-là, si le système de contrôle-sanction automatisé n’avait pas vu le jour ! Rien de nouveau dans la com’, les différents ministres des Transports savent mettre en avant le nombre de vies prétendument sauvées dans leur compte-rendu annuel.
Nous ne pouvons que nous réjouir de la baisse du nombre de tués. Mais il faudrait aussi que l’on arrête de nous prendre pour des gogos à grands coups d’effets d’annonces.

Ah ! au fait, à propos des affiches de la campagne, nombre d’entre elles seront apposées aux abords de la chaussée. Vu la taille et la longueur des textes, on va peut-être regarder la route plutôt que de les lire...

Publicité
Publicité