Essai
Article

Pour présenter son deux-roues électrique, Zero a choisi un cadre bucolique à souhait, en plein bois de Boulogne. L’occasion de faire passer un message subliminal : les Zero sont « environnement friendly ». On ne parlera pas ici de l’extraction du lithium des batteries ni du recyclage de ces dernières…

Elles préservent leur entourage de toute émission polluante, sonore ou gazeuse. À ce titre, elles apportent un agrément d’utilisation inédit à moto. Aussi surprenant que cela puisse paraître, rouler sans émettre le moindre bruit procure une sensation très grisante.

Grisante
Et ce n’est pas la seule procurée par la Zero S 11 kW. Il suffit de tourner la poignée de droite pour prendre toute la mesure de l’intérêt de la motorisation électrique. Les démarrages ont beau être moins bluffants que sur les versions full, telle la DSR récemment essayée par Moto Magazine, ils n’en demeurent pas moins inédits pour une machine accessible aux titulaires du permis B, à condition d’avoir suivi les 7 heures de formations règlementaires, ou du permis A1.

Sans rentrer dans les détails des lois de la motorisation électrique ni dans les arcanes des règlementations relatives aux différents permis de conduire, disons simplement que la Zero S se présente comme le choix le plus pertinent pour qui recherche la performance sur une « 125 ».

Deux niveaux de puissance
Cette Zero S affiche une puissance continue de 15 ch (11 kW), ce qui lui permet d’entrer en conformité avec la réglementation 125 ; mais l’avantage du moteur électrique est qu’elle est capable de délivrer, en crête, une puissance de 54 ch (40 kW). Cela en fait donc une machine très performante pour un équivalent 125. Le couple s’établit à 9,38 m.kg (92 N.m), soit 1,7 fois celui d’un T-Max et 7 fois celui d’une Yamaha MT-125.

Autant dire qu’il n’y aura plus grand monde pour vous suivre au démarrage au feu. À tel point que l’on s’impatiente de voir arriver la version dotée de l’antipatinage et que l’on appelle à la plus grande prudence les non initiés.

Précision utile, toutefois, pour ceux qui envisageraient de passer le permis moto : la Zero 11 kW n’est pas débridable.

Au prix fort
De telles performances se paient au prix fort : 15 990 €. Le constructeur insiste sur le fait qu’il faille intégrer à l’équation le prix de revient du véhicule au quotidien et l’entretien courant :
- le prix des révisions est contenu : aucune vidange ni réglage moteur à prévoir, seuls les consommables sont à changer ;
- le coût de la recharge en électricité est minimaliste (pas de budget carburant),
- la durée de vie théorique de la batterie est estimée à 580 000 km (donnée constructeur).
Il va néanmoins falloir abattre un sacré nombre de bornes pour amortir le prix de la S par rapport à celui d’une MT-125 par exemple, dont le prix d’achat se positionne à 4 399 €.

Progrès notables dans l’équipement
Par rapport à la génération précédente, un effort a été mené sur les pièces équipant la moto d’origine.
La suspension, confiée à Showa, s’avère à la hauteur et assure à la moto confort et bonne tenue de cap, y compris sur l’angle.
L’ABS Bosch sait se montrer utile sans être intrusif.

Bien urbaine
La Zero S se distingue également par la compacité de son gabarit, son poids contenu et son angle de braquage qui en font une très bonne compagne en ville. Un sentiment s’appuyant sur la hauteur de selle raisonnable (807 mm).

Autonomie en progrès
Il reste quelques limites liées au concept même de mobilité électrique. L’autonomie reste une vraie contrainte même si elle se fait de moins en moins sentir sur la nouvelle génération de Zero.
Lors d’une utilisation tranquille en ville, en mode éco, nous avons effectué 150 km en n’utilisant que 50 % de la charge.

Le temps de recharge, en revanche, s’élève à 9 heures, ce qui impose de bien planifier le moindre déplacement. Un temps qui peut être diminué, au prix de coûteux suppléments, tel un chargeur rapide (658 € / 5,2 h) ou le Charge tank (2 300 € / 3,4 h).

Leasing
Conscient du frein que représente ce prix d’achat, Zero vient d’établir, à l’instar de ce que fait BMW pour son C Evolution, une offre de leasing. Ce financement, monté en partenariat avec Viaxel, permet d’accéder au luxe de l’électrique et de repartir au guidon d’une Zero S 11 kW pour des loyers proches de 200 € sur 60 mois.

À lire sur Motomag.com l’interview du patron Europe de Zero Motorcycles
- « Les politiques précipitent les motos thermiques dans l’obsolescence »

Commentaire (0)

Fiche technique

Zero S - 11 kW (données constructeur)
Moteur
- Type : Z-Force 75-7R brushless, refroidi par air
- Puissance maxi : 54 ch (40 kW)
- Puissance continue : 15 ch (40 kW)
- Couple maxi : 9,38 m.kg (92 Nm)
- Alim. /dépollution : batterie Li-ion 13 kWh
- Boîte de vitesses : transmission directe sans embrayage
- Transmission finale : par courroie
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 320 mm étrier flottant 2 pistons ABS
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 240 mm étrier flottant 1 piston ABS
- Dimensions pneu Av - pneu Ar : 110/70/17 - 140/70/17
- Poids (donnée constructeur) : 185 kg
- Hauteur de selle : 807 mm
Pratique
- Coloris : jaune
- Garantie : 2 ans pièces et M.O.
- Garantie batterie : 5 ans/160 000 km
- Prix : 15 990 €

Publicité