Essai

Depuis le début des années 80, Yamaha n’avait plus utilisé le moteur 3-cylindres ailleurs que dans les segments motoneige et marine. Avec la MT-09, la firme réinvestit dans cette mécanique avec une moto légère et compacte, apte à bousculer les références du genre.

Roadster fun et facile

Si d’aucuns ne sont pas convaincus par l’habillage de cette MT-09, ils le seront par la partie-cycle qui a de quoi rassurer. La Yamaha est techniquement bien née, et jouit moult atouts pour séduire les amateurs de roadsters funs et faciles. L’inédit cadre aluminium enserre un joli 3-cylindres, dont on apprécie particulièrement les tubulures d’échappement qui serpentent et le silencieux court. Les suspensions sont de bon calibre et le beau bras oscillant alu abrite un système de tension de chaîne digne de celui d’une moto sportive. Bref, ça respire le sérieux.

Dernier bon point, le poids contenu : 188 kg avec les pleins (chiffres constructeur), soit 1 kg de plus qu’une Street Triple R et 40 kg de moins qu’une Z 800…

Avec sa hauteur de selle à 815 mm, la Yam s’enjambe en un clin d’œil… Ajoutez à cela une réelle finesse au niveau du réservoir et du moteur et voilà de quoi poser sans aucun souci les pieds bien à plat au sol.

Et ce moteur, comment chante-t-il ?

À la première étincelle, le 850 cm3 s’ébroue avec entrain. Si, au ralenti, la sonorité propre aux 3-cylindres n’est pas franchement marquée, un simple coup de gaz lève toute ambiguïté sur son potentiel. Avec une course courte, ce moteur n’oppose que très peu d’inertie à la prise du régime et c’est sur les chapeaux de roue que démarre notre session de roulage.

Mode moteur en position Standard (trois cartographies sont programmables au guidon), la MT-09 bondit à chaque accélération dans un ronflement sympa. Il est cependant dommage que la remise des gaz soit souvent ponctuée d’à-coups de transmission, encore plus sensibles sur le mode A, plus sportif. Un défaut en partie dû à une tension de chaîne excessive.

Une circulation encore dense en sortie de ville nous a aussi donné l’occasion d’enclencher le mode le plus doux (mode B) et de découvrir que le caractère moteur change du tout au tout en devenant d’une extrême docilité. Notons que les modes agissent sur le moteur mais aussi sur la réactivité de la poignée des gaz au tirage semi-électronique.

Souple

Notre inédit 3-cylindres se montre assez souple pour reprendre à 1 500 tr/min sur le cinquième rapport. Sa poussée se montre plutôt linéaire mais son couple important compense et ne tarde pas à faire prendre de la vitesse à l’équipage. Du fait d’une démultiplication assez courte, le régime moteur est assez élevé (environ 5 500 tr/min en 6e à 100/110 km/h). Ce qui oblige à souvent jouer du sélecteur, notamment sur route sinueuse, pour garder le rythme. Heureusement, la boîte est assez rapide, même si la sélection se montre ferme.

Cette rotation élevée aurait-elle un impact sur la consommation ? Pas vraiment puisqu’elle a gentiment tourné entre 5,4 et 5,9 litres aux cent malgré le rythme élevé.

Comment est-on assis sur une MT-09 ?

Droit ! En ville, cette position facilite les évolutions, mais il faut lutter au guidon dès 130 km/h car le vent s’engouffre généreusement entre les bras…

En courbe

Avec un train avant aussi facile que précis, la MT-09 s’inscrit en courbe avec aisance. Malgré des suspensions relativement souples (mais réglables), aucun mouvement parasite n’est venu perturber le cap choisi.

Enfin, côté freinage, les étriers à 4 pistons n’ont pas montré de signes de faiblesse. Mieux, ils ont assuré un ralentissement précis sans avoir à s’énerver sur le levier.

Verdict

La nouvelle Yamaha MT-09 est non seulement un roadster fun, performant et d’une cylindrée supérieure à ses rivales, mais son tarif s’affiche sous la barre des 8 000 € : 7.799 sans ABS. Autant dire qu’elle est le roadster le plus attractif du moment ! Certes, le caractère de son 3-cylindres n’est pas aussi attachant que celui de la Triumph 675 Street Triple et l’on regrette que sa plastique ne soit pas plus léchée sans recourir aux options. Mais son couple important et l’homogénéité de sa partie-cycle risquent de donner du fil à retordre à ses concurrentes.

L’avis de nos lecteurs essayeurs sur la MT-09 à l’occasion du comparatif qui l’oppose aux MV Agusta 800 Brutale, BMW F 800 R, Kawasaki Z 800 et Triumph 675 Street Triple :

Infos en plus
Publicité