Essai
Article

Depuis sa sortie en 2010, la FZ 8 combinait points forts et points faibles. Côté plus : un moteur de R1 millésime 2008 « dégonflé » et un cadre alu « Deltabox », issu lui aussi de la technologie R1. Les points faibles : des suspensions non réglables de gamme (très) moyenne, une garde au sol et une monte pneumatique plutôt « touring ».

Yamaha a donc tout simplement décidé d’adopter des suspensions plus performantes, et surtout réglables ! Cette nouvelle FZ 8 hérite donc d’une fourche avec tous les réglages possibles (aucun auparavant), ainsi qu’un amortisseur arrière avec une détente hydraulique réglable. Malheureusement, la monte pneumatique reste encore trop orientée tourisme (des Bridgestone BT 21), et la garde au sol n’a pas gagnée 1 mm…

Un premier galop sur route mouillée et défoncée n’a pas vraiment fait ressortir les bienfaits des nouvelles suspensions. La moto, avec les réglages d’origine, n’est toujours pas assez freinée en détente sur l’amortisseur arrière, occasionnant d’importants « mouvements de caisse ».

Heureusement, un autre test, sur le circuit d’Ales avec des suspensions réglées « pile-poil », nous a fait meilleure impression : oui, la nouvelle FZ 8 est mieux suspendue, plus stable lors des changements de phases et moins sujette aux fortes variations d’assiette. Mais, malheureusement, rien ne change côté garde au sol, toujours aussi limitée…

Verdict. La FZ8 est mieux suspendue, et au quotidien, c’est un plus pour son utilisateur. Mais son tarif de 8.990 € avec ABS la place mal face à une Triumph Street Triple 675 ABS, 1000 € moins chère et aux prestations bien supérieures (agrément, caractère, tenue de route, etc.) ou face à une Kawasaki Z 800 ABS, plus chère de 500 €, mais à la modernité d’ensemble plus convaincante.

 - 
Infos en plus
Publicité