En vidéo

Mesures motophobes à gogo
C’est sous une météo globalement clémente pour un mois d’octobre que les motards ont à nouveau répondu à l’appel à manifester de la FFMC ce 21 octobre 2017 à Paris. 3500 étaient présents sur l’esplanade du château de Vincennes à 14h pour crier leur colère contre les mesures motophobes. Il faut dire que les autorités redoublent d’imagination pour nous mettre des bâtons dans les roues. Entre l’obligation de changer sa plaque d’immatriculation, la privatisation des contrôles de vitesse effectués à partir de voitures radars banalisées et les interdictions de circulation, la coupe est pleine.

Non aux ZCR
Parmi toutes ces mesures anti-motos, ce sont les interdictions de circulation qui concentraient ce jour toute l’attention des utilisateurs de deux-roues motorisés. Et si Paris fait figure de pionnière en la matière, la capitale a depuis été rejointe par Lille, Lyon, Strasbourg ou encore Grenoble. A terme 25 communautés de communes auront la possibilité d’interdire la circulation des motos d’avant juin 2000 et des autos d’avant janvier 1997. Certaines choisiront de le faire les jours de pics de pollution, d’autres pourront prendre des mesures bien plus contraignantes en interdisant leur circulation tout au long de l’année à l’instar de Paris. Comme l’a rappelé Didier Renoux, chargé de communication de la FFMC nationale : « Paris est la seule ville au niveau mondial à avoir interdit l’ensemble de son territoire aux véhicules anciens ».

Les motards sensibles à l’écologie
Pourtant les motards sont loin d’être insensibles aux questions de pollution de l’air. Bien au contraire, comme ils circulent à l’air libre, ils sont au première loge en matière d’exposition à la pollution. En s’opposant aux interdictions de circulation, ils dénoncent une mesure à la fois antisociale – qui exclut de fait tous ceux qui n’ont pas les moyens d’acheter un véhicule plus récent – et inefficace d’un point de vue écologique comme l’a rappelé Didier Renoux. « Que va-t-on faire de tous ces véhicules interdits de circulation, les mettre à la casse et en fabriquer de nouveaux ? La situation va encore empirer puisqu’il est question d’interdire en 2020 les motos de moins de 5 ans. C’est un non-sens quand on sait que la durée de remplacement moyenne d’une moto est de 6 ans. Cette mesure fabrique de l’obsolescence programmée. » Au lieu d’interdire les véhicules anciens, la FFMC vante les mérites de l’écoconduite. « Le comportement des conducteurs a une vraie incidence sur la pollution émise par les véhicules. Plutôt que réprimer, il faut éduquer les gens pour les sensibiliser aux vertus écologiques d’une conduite apaisée en ville » rajoute Didier Renoux.

La fin du mépris
Suite à cette mobilisation et au long défilé qui a notamment consisté en une opération escargot sur le périphérique parisien et s’est terminé en face de l’emblématique Tour Eiffel, la FFMC compte bien faire entendre ses arguments aux élus. Jean-Marc Belotti, coordinateur de la FFMC PPC (Paris Petite Couronne) qui appelle au boycott de la vignette Crit’air, est positif à ce sujet après que des militants se soient invités au bilan de mi-mandat de la maire de paris Anne Hidalgo. Espérons que ce soit le début de la fin du mépris des politiques à l’égard des revendications de motards et que l’on comprendra enfin en haut lieu que la moto et le scooter sont des solutions aux questions de mobilité.

- Retrouvez tous les comptes rendus sur Motomag.com : rubrique Défense des motards/Manifestations FFMC
- Suivez l’actu concernant les restrictions de circulation sur Motomag.com : rubrique Défense des motards/2-roues en ville

 

Abonnement newsletter

  • Vous aimez cet article ? Inscrivez-vous à la newsletter de Motomag.com

Publicité
Publicité