La ministre des transports, Elisabeth Borne, et le Premier ministre, Edouard Philippe, ont donné le coup d’envoi des Assises de la mobilité le 19 septembre. Elles doivent durer trois mois et aboutir, début 2018, à établir le futur plan des transports en France.

Vision étriquée du ministère
La Fédération française des motards en colère nationale (FFMC), qui n’a pas été invitée à participer à ces Assises, vient de diffuser un communiqué de presse dans lequel elle revient sur le courrier qui lui a envoyé Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, le 12 septembre. Une lettre qui en dit long sur la vision du ministre sur le 2-roues motorisé.

La solution du 2-roues
Le 24 mai 2017, la FFMC, par l’intermédiaire de France Wolf, membre du bureau national, avait adressé un courrier à Nicolas Hulot, fraîchement nommé. Elle souhaitait obtenir un rendez-vous afin qu’il reconsidère la question des Zones de Circulation Restreinte (ZCR) et plus particulièrement l’avantage que représentent les motos et scooters pour désengorger les villes et diminuer la pollution.

Du mépris et une fin de non recevoir
La réponse du ministère, signée par Laurent Michel, directeur général de l’énergie et du climat « est un modèle de mépris » et une « fin de non-recevoir et d’absence totale de dialogue » selon la FFMC. L’attitude du ministre est jugée d’autant plus méprisante par la FFMC que sa réponse aux motards n’est rien de plus qu’un copier/coller d’une réponse faite à Damien Abad, député Les Républicains de l’Ain, en 2016, sous l’autorité de Ségolène Royal. Seule la partie relative au véhicule diesel a été supprimée avant d’envoyer la missive à la FFMC.

Les motards invisibles
« La mobilité des 2RM en circulation, c’est une voiture en moins dans le trafic, une voiture en moins à stationner à l’arrivée. Réduire l’emprise de l’automobile en ville et faire diminuer la pollution qui en résulte, c’est bien ce que veulent les autorités, non ? », commente la FFMC. « Depuis plus de 2 ans, la FFMC aimerait en discuter avec les élus et représentants des gouvernements qui se succèdent, mais toutes nos demandes de rendez-vous, toutes nos propositions et analyses sont restées lettre morte… », déplorent les motards en colère. « Les 2RM (2-roues motorisés) sont totalement ignorés des lanceurs de débats et des médias qui se contentent, a minima, de répéter les éléments de langages gouvernementaux. Doit-on en conclure que nous n’existons pas ? », s’interroge la FFMC.

Mobilisation
En conséquence, et face au mépris, une fois de plus, des pouvoirs publics, la FFMC appelle tous les motards et usagers de 2RM à manifester massivement dès maintenant et jusqu’au 21 octobre, date de la mobilisation nationale. Elle invite les motards à se rapprocher des antennes FFMC de leur département pour connaître les actions qui seront menées.
Crédit photo : A.Bouissou / Terra

Retrouvez ci-dessous le texte intégral de la réponse faite au député Damien Abad

Publicité
Publicité