Grenoble Alpes Métropoles (GAM) est la seconde ville de France à interdire des motos et scooters de circulation. L’agglomération de l’Isère subit un 5e jour de pic de pollution qui aboutit à ce que la GAM à interdise de circulation les véhicules les plus anciens. Ce périmètre étant une Zone à circulation restreinte (ZCR), elle applique cette interdiction en fonction de la nomenclature Crit’Air du ministère de l’Environnement (tableau ci-dessous).

JPEG - 222.1 ko
La nomenclature de classification des véhicules
Voici la nomenclature du ministère de l’Environnement, sur laquelle est basée l’édition des certificats Crit’Air.

- À partir du samedi 10 décembre, les véhicules non classés sont interdits.
Les véhicules qui portent des vignettes Crit’Air classées de 1 à 5 ont le droit de circuler. Les automobiles d’avant 1997 et les 2-roues motorisés d’avant 2000 sont interdits. L’amende pour les contrevenants sera comprise entre 22 et 35 €.
- À partir du lundi 12 décembre, les véhicules non classés et ceux classés 4 et 5 seront interdits.

Le pic de pollution devrait perdurer : il n’est pas prévu de vent avant le 20 décembre dans la cuvette grenobloise…

Dommage collatéral
« Le dispositif des Certificats qualité de l’air (les vignettes Crit’air) entre en vigueur à partir du 1er novembre 2016 pour les 49 communes de la métropole grenobloise, et les voies d’accès aux péages de Crolles et de Voreppe », expliquait début novembre la GAM.

« Nous sommes allés voir la GAM récemment, et on nous a expliqué que la volonté n’était pas de viser les motards, mais bien les véhicules qui carburent au diesel », expliquait, début novembre, un militant de la FFMC 38. Les 2-roues d’avant 2000 se retrouvent donc dommages collatéraux à cause d’une nomenclature Crit’Air qui amalgame véhicules diesel et essence, en fonction de normes d’émissions polluantes dont les seuils sont différents d’un véhicule à l’autre… Sur ce dossier, le ministère de l’Environnement fait preuve d’un flagrant manque de discernement.

Publicité
Publicité