Essai

En vidéo

En images

La mode du néorétro a ceci de magique qu’elle vous emmène où bon vous semble. Si, par exemple, vous vibrez à l’évocation de l’Amérique des années 50, de ses pin-up et de son fameux soda rouge et blanc, la Triumph Bonneville Bobber Black est la machine qu’il vous faut ! Matez l’engin : il a de la gueule, non ? Avec son air ramassé, sa selle suspendue, son twin aussi droit qu’une tour médiévale et son train avant massif, il incarne à merveille l’esprit bobber des années 40.

Rétro moderne
Par rapport au Triumph Bobber 1200 classique, le « Black » opte pour une jante de 16 pouces à l’avant avec un gros gommard de 130 de large, guidée par une fourche dont les tubes passent de 41 à 47 mm. Petite concession à la modernité, cette Bonneville adopte un double disque, un éclairage diurne (DRL) et un régulateur de vitesse de série. ABS, contrôle de traction et modes cartographiques sont également de la partie pour vous faciliter la vie …

Géométrie singulière
Bon, c’est sympa à regarder, mais comment ça roule ? Avec une telle géométrie et 10 kg de plus sur le train avant que le Bobber classique, on est en droit de s’interroger.
Côté position de conduite, les bras sont bas pour agripper le guidon « flat-bar », les pieds sont en avant et les lombaires se calent dans le galbe prononcé de la selle. Une position singulière mais qui s’est avérée confortable sur cette journée de roulage andalouse. Je sais, vu les photos, cela semble étrange, mais pourtant c’est vrai !

Réelles qualités dynamiques
En ville, le « Black » s’en sort bien. Son moteur souple et bien « injecté », épaulé par un embrayage assisté, n’appelle pas de critique.
Mais le plus surprenant, ce sont les réelles qualités dynamiques de la moto. Une vraie surprise compte tenu de sa géométrie clairement orientée custom. A son guidon, peu de chance de péter des chronos ! Et pourtant, sur bon revêtement, le Bobber assure sa partition avec une grande précision, une stabilité en courbe bienveillante et une capacité inattendue à garder sa trajectoire. On est très loin du comportement d’une Harley-Davidson « 48 ». La Black, aidée par sa meilleure garde au sol, fait aussi mieux qu’une Indian Scout Bobber.

Respecter l’esprit de la machine
Par contre, dès que la chaussée se dégrade, la fermeté de son amortissement arrière à la course réduite chahute le conducteur. La moto se désunit alors un poil. Reconnaissons tout de même avoir roulé assez vite, bien au-delà de l’allure que suggère la philosophie de cette machine. Côté moteur, RAS. Le gros twin régale par sa force tranquille entre 2 000 et 4 500 tr/min. Inutile de taquiner la zone rouge sur un bloc qui n’est pas conçu pour ça.
Terminons avec le freinage à double disque et étriers Brembo mais dont l’ABS se montre bien trop sensible… Un bon freinage, un revêtement un peu fripé et hop il rentre en action. Du coup, il faut utiliser le frein arrière, puissant et bien pratique aux vitesses d’usage.

Verdict
Bon… Il est beau, fort bien fini, il roule bien, alors difficile de faire la fine bouche.
Mais question tarif, ça commence à faire cher pour un engin finalement assez simple de conception. À croire que dans le segment du néorétro branchouille, les marques osent des tarifs pas très serrés qui n’effraient pas le client type… Quant aux autres, ils risquent de devenir copains avec le type tout vert à la grosse tête ronde qui vend du crédit !

Fiche technique

Triumph Bonneville Bobber Black (Données constructeur)
Moteur
- Type : bicylindre parallèle refroidi par eau, 4T, 1 ACT 4 soupapes par cylindre
- Cylindrée (al. x cse) : 1 200 cm3 (97,6 x 80 mm)
- Puissance maxi : 77 ch à 6 100 tr/min
- Couple maxi : 10 m.kg à 4 000 tr/min
- Alim./dépollution : injection / Euro 4
Transmission
- Boîte de vitesses à 6 rapports
- Transmission finale par chaîne
Partie-cycle
- Frein Av (étrier à x pist.) : 2 disques Ø 310 mm (2 juxt)
- Frein Ar (étrier à x pist.) : 1 disque Ø 255 mm (2 juxt)
- Pneus Av-Ar : av 130/90 B16 / ar 150/80 R16
- Réservoir (réserve) : 9,1 litres
- Poids tous pleins faits : 247 kg
- Hauteur de selle : 690 mm (en position basse)
Pratique
- Coloris : noir brillant, noir satiné
- Garantie  : 2 ans pièces et M.O., assistance
- Prix : 14 350 € (noir brillant), 14 475 € (noir satiné)

Publicité