En images

visuel

A la fin 2011, le panneau signalant le radar automatique situé à l’entrée sud de Montrond-les-Bains (Loire) a été enlevé, comme d’autres. Peu probable que la sécurité y ait gagné, le panneau faisait ralentir tous les conducteurs qui entraient dans Montrond. Pour le côté financier, c’est une autre histoire…

Ce radar semble être un piège très rentable. Dans une longue ligne droite, précédent le centre de la ville, le dispositif est placé juste après le panneau d’entrée d’agglomération. Il convient d’éviter au mieux de signaler pour des raisons que chacun aura vite compris. En effet, chaque coup de flash dans une zone à 50 rapporte un minimum de 90 euros.

Pour rester politiquement correct, un radar pédagogique a donc été placé en amont sur la RD 1082 au niveau de Meylieu, mais dans une zone où la vitesse a été abaissée de 90 à 70.

Pédagogie très rentable
On peut quand même s’interroger sur son caractère pédagogique, en un lieu où la vitesse autorisée est différente de celle qui sera vérifiée un peu plus loin par le vrai radar. Un bon exemple « pédago » sur la manière de mieux piéger les usagers.

En fin de zone
Que l’on place un radar pédagogique pour faire ralentir les gens, sur des portions comportants des intersections ou des habitations, peut aussi se comprendre. Mais là où l’on devient vraiment perplexe, c’est que le radar affichant la vitesse n’est pas placé à l’entrée de cette zone pour faire ralentir. Il est au contraire installé quelques mètres avant la fin de cette zone à vitesse réduite (comme le montre bien la photo).

Ce radar fait donc ralentir les conducteurs à l’endroit même où la signalisation leur permet d’accélérer.

Mieux ralentir afin de mieux accélérer ensuite ? Nous sommes bien en présence du premier radar pédagogique Shadok, et plutôt fiers de l’avoir débusqué !

Bernard Lavandier, correspondant 42

Publicité
Publicité