Le salon de la moto de Paris a accueilli 165.000 visiteurs, du 1er au 6 décembre 2015, d’après l’organisateur. Une fréquentation qui est en baisse par rapport aux éditions précédentes : on avait enregistré 180.000 visiteurs en 2013 et 183.000 en 2011.

Lire notre article : le salon de Paris 2013 en chiffres

Plusieurs facteurs peuvent expliquer ce tassement :
- les attentats du 13 novembre à Paris en ont assurément refroidi plus d’un, même si les visiteurs furent très nombreux durant le week-end des 5 et 6 novembre.
- Cette baisse reflète la stagnation du marché de la moto et du scooter, qui peine à redémarrer en France contrairement aux autres grands pays européens.
Les marques ont pourtant fait des efforts pour présenter de nouveaux modèles, qui seront dans les concessions en 2016. Cet effort augure-t-il d’un redémarrage l’année prochaine ? Souhaitons-le.

Lire notre article : Marché de la moto, l’Europe hausse, la France en baisse

- Certains grands acteurs européens étaient absents, comme le groupe Piaggio et l’industriel français Peugeot Scooter (contrôlé par l’Indien Mahindra).
- Cette édition 2015 du salon moto de Paris a pâti de sa proximité avec celle de l’EICMA Milan (du 19 au 22 novembre), l’expo italienne demeurant la plus importante au niveau européen, celle où les marques dévoilent leurs nouveautés. Cette année, tous les modèles phares ont été dévoilés en Italie. A l’exception, peut-être, de la Yamaha FJR 1300.

À lire : La Yamaha 1300 FJR passe la 6 !

- La présentation des motos est bouleversée par les possibilités qu’offrent les technologies numériques. L’importance et l’instantanéité de la diffusion de l’information en ligne devient prépondérante : nombre de marques dévoilent désormais leurs produits sur Internet avant les salons, et les passionnés de moto ont tout loisir de les admirer depuis leur ordinateur, smartphone ou tablette.
Ils vont ensuite, quelques semaines plus tard, les voir chez les concessionnaires. Pour ce type de consommateur, quelle est l’utilité d’un salon ? Ces changements d’habitudes se vérifient plus encore pour les acquisitions à vocation utilitaire, comme les scooters et l’équipement.

L’essor de la scène vintage
Ceux qui n’ont pas pris la peine de venir à Paris n’auront toutefois pas pu constater l’essor de l’artisanat qui se développe autour de la moto, celle des préparateurs vintage, des petites marques surfant sur le néo-rétro et des équipementiers.

Cet univers de la petite entreprise était présent au salon de la moto de Paris, au travers de machines remarquées comme Praëm, mais aussi de préparateurs, dont les réalisations étaient disséminés sur différents stands ou réunies par le magazine Café Racer qui organisait l’exposition « Préparations passions » dans le pavillon 8.

À lire : Praëm, un design au compte-fils

On poursuit le rêve et la passion qu’ils véhiculent en diffusant dans le diaporama joint quelques images de ces réalisations. Et en souhaitant que ce petit monde bien vivace de la prépa anime encore le salon de la moto de Paris 2017.

Publicité
Publicité