Une épreuve particulièrement réussie !
Avec un programme raisonnable, et respecté à la lettre, les concurrents sont repartis satisfaits de ce week-end de compétition.
L’organisation proposait autour de Villecomtal :
- le charmant village d’accueil aveyronnais ;
- un parcours de 479 kilomètres. Pour cette 14e édition pas question de déroger à la coutume qui veut que le Dourdou s’élance de nuit. L’épreuve a donc démarré le vendredi soir avec un parcours de 179 km et 4 spéciales. Pour le samedi, restait à avaler 300 km et 8 spéciales.

Cette édition apportait toutefois une particularité. A chaque tour d’environ 75 km pour rejoindre les spéciales de Le Loyre (3 km) et de Golhinac (3,2 km), le parcours de liaison était différent… D’où quelques séances de « jardinage » comme on dit en jargon de rallyman !

Etape de nuit : des surprises d’entrée de jeu…
Commencer par des épreuves de nuit constitue une difficulté supplémentaire pour les pilotes qui découvrent les spéciales à moto. Les reconnaissances ne sont en effet autorisées qu’à pied, à vélo ou en voiture… Cette année, la difficulté était accrue avec des routes encore humides et sales du fait des orages de la journée. Ces conditions difficiles n’ont pas dérangé Julien Toniutti - déjà 1er dans l’Ain - qui a « scratché », au guidon de la 1100 Tuono, les quatre spéciales devant Bruno Schiltz (KTM 1290 Super Duke R), relégué à 8’’27 à l’issue de la première étape. Il faut dire que ce dernier, en tête du championnat, avait tout intérêt à rester sur ses roues et à maintenir un rythme élevé. Laurent Filleton (KTM 1290 Super Duke R-KTM France) complète le podium de la première étape à 14’’20, suivi par le brillant Aveyronnais Frédéric Galtier (KTM 1290 Super Duke R). Christophe Velardi (Ducati 1200 Multistrada-Ducati West Europe) complète le top 5 à 17’’65. L’an passé, il était sorti victorieux du Dourdou.

Beaucoup de surprises en Rallye 2 et 3
En Rallye 2, beaucoup de surprises : Florian Lemoigne, revenu sur l’ancienne Kawasaki 650 Versys de son copain Maxime Mettra, rate un CP (point de passage) sur le routier alors qu’il était en tête de la catégorie. Sanction immédiate : il écope de 3 minutes de pénalité. Maxime, lui, tombe en panne totale d’éclairage sur sa KTM 690 Duke R dans la dernière spéciale. Emmanuel Gonzalez (KTM 690 Duke R), place donc le premier Rallye 2 Techno Globe à la onzième position devant les KTM de Jean-Mary Aulas et Davy Gambino. Le leader de la catégorie, Tanguy Brebion (Husqvarna 701), victime d’une chute lors du tour de reconnaissance, pointe quant à lui en 4ème position.

Le premier Rallye 3, Romain Cauquil (KTM 390 Duke), est 19e devant Nicolas Derrien (Suzuki 400 DRZ) qui a chuté dans la première spéciale, et Anthony Munoz (Kawasaki 500 GPZ). Alain Amblard et Alexandra Garcia (Suzuki 1340), victimes d’un incident mécanique, écopent d’une pénalité de retard sur le routier mais parviennent quand même à terminer en tête des side-cars à la 23e place devant Galvani/Bresse (Choda ZX12R). Chez les Classiques, un pilote hors championnat, Johan Daval (Honda 600 CBR) devance le leader Nick Ayrton (Suzuki 1100 GSXR Team Iniside / ASMACO) qui a « jardiné » et pris 15’’ de pénalités.

Etape de jour : Toniutti enfonce le clou…
Le samedi matin, c’est sous le soleil et une température clémente, que les 127 concurrents toujours en course (sur un total de 128) se présentent au départ. Et c’est reparti pour un cavalier seul de Julien Toniutti. Après huit spéciales, Bruno Schiltz, 2e, accuse 26’’24 de retard sur le vainqueur tandis que Christophe Velardi, plus à l’aise que de nuit, remonte à la troisième position devant Kevin Cheylan (Ducati 961 Hypermotard) et Florent Derrien (Triumph 675 Street Triple-Team Iniside / ASMACO). Maxime Mettra, premier Rallye 2 Techno Globe, pointe à la 9e place ; il devance Tanguy Brebion et Florian Lemoigne. En Rallye 3, Nicolas Derrien prend cette fois-ci l’avantage sur Romain Cauquil, tandis que les positions restent inchangées en Side-car et en Classiques.

Au total des deux étapes, c’est donc Julien Toniutti qui remporte brillamment ce 14e Rallye du Dourdou devant Bruno Schiltz et Christophe Velardi.
Podium inédit en Rallye 2 Techno Globe avec Tanguy Brebion, toujours très régulier, Jean-Marie Aulas (KTM 660 SM) et Emmanuel Gonzalez.
En Rallye 3, le leader de la catégorie Romain Cauquil s’impose devant Nicolas Derrien et Anthony Munoz.
Johan Daval s’adjuge la catégorie Classiques devant Nick Ayrton et Eric Fortin (BMW 1000 GS).
Grâce à leur victoire sur les deux étapes, Amblard/Garcia ravissent la première place provisoire du championnat side-cars à Galvani/Bresse, deuxièmes en Aveyron, devant Berthomieu/ Reynes (Beringer 1000 CBR).
Salah Jouan (Honda 900 Bol d’Or) gagne en Anciennes devant Thierry Pras (Kawasaki 250 S1) et Christian Lacoste (BSA 500). Thierry Courtaud (Yamaha 600 YZF R6), auteur d’une superbe 11e place, est le vétéran le plus rapide et Emeric Magnard (Triumph 675 Street Triple), 15e, le meilleur Espoir. Sonia Barbot (KTM 690 Duke R) remporte le trophée féminin malgré une chute devant Stéphanie Alliot (BMW S1000 RR). Le couple Dosmas (BMW 1200 GS) s’adjuge le trophée Duo.

Suspense pour la prochaine et dernière épreuve du championnat
A l’issue de l’avant-dernière épreuve du championnat, le suspense reste entier pour le titre : si Bruno Schiltz semble posséder un confortable avantage (27 points), l’écart sur Christophe Velardi se réduit à un petit point quand on retire les quatre « jokers » prévus au règlement cette année. Il en est de même en Rallye 2 Techno Globe quant à l’avance de Tanguy Brebion sur Davy Gambino, et surtout Maxime Mettra. La finale du 9 septembre à Mauves (Ardèche) s’annonce donc passionnante : à ne manquer sous aucun prétexte !

Crédit photo : F. Scuderi / FFM

Tous les résultats sont consultables sur la page de la FFM
Le site du Dourdou : rallyedudourdou.fr
Le site des rallyes routiers : rallyes-routiers.com

 - 
Publicité

Commentaire (0)

Publicité