Les panneaux annonçant les radars automatiques fixes disparaissent petit à petit, parfois remplacés par des « radars pédagogiques ». Une décision que l’on doit au désormais célèbre CISR du 11 mai 2011, qui a aussi pondu certaines idées lumineuses pour la sécurité des motards, comme l’agrandissement des plaques d’immatriculation ou le port de 150 cm2 de matière rétro-réfléchissante.

Pour ce qui est de la suppression des panneaux, depuis quelques mois, la FFMC invite « les usagers de la route à prendre en main leur sécurité routière » en signalant les appareils à flasher qui ne le sont plus. Les antennes départementales de l’association de motards donnent l’exemple, comme la FFMC 30 le week-end passé.

Trois radars visés
Ce samedi 27 octobre 2012, à 14h00, une vingtaine de motards se sont donné rendez-vous au Pôle Moto 30 à Nîmes, à l’appel de la FFMC 30, pour un « atelier peinture » visant à dessiner au sol un triangle avec un « R » en son centre, 300 mètres avant un radar pour signaler une zone dangereuse.

Les radars pédagogiques, situés entre 2 et 2,7 km avant les radars verbalisateurs, sont inefficaces car situés bien avant des intersections de routes, les usagers arrivant par ces carrefours ne sachant pas qu’il existe une zone potentiellement dangereuse. Trois radars ont donc été signalés sur un parcours de 30 km, entre Bernis, Aubord et Vestric, à la grande satisfaction des automobilistes qui ont assisté à la besogne.

D’autres ateliers à venir
Il reste encore beaucoup de travail de peinture à faire sur notre département et certains militants de la FFMC et autres motards ayant participé à cette opération ont déjà prévu de revenir pour la prochaine action.

Patrick de Jonghe - Correspondant 30


Le travail est bientôt achevé

Publicité
Publicité