Près de 2 000 manifestants ont participé à la Nuit 2-roues organisée par l’antenne de Paris-petite-couronne de la Fédération française des motards en colère (FFMC-PPC). Des motards en colère, donc, avec la Fédération des bikers de France (FBF) et des automobilistes, essentiellement en véhicules anciens et youngtimers, ayant répondu à l’appel de la Fédération française des automobilistes citoyens (FFAC).

Retrouvez la vidéo de la Nuit 2-roues de la FFMC à Paris



Si vous n’arrivez pas à lire cette vidéo essayez en cliquant ici

La Bastille noyée de motards
Le vendredi 8 juillet autour de 22h, ils se sont rassemblés lentement mais sûrement autour de la place de la Bastille. D’abord le long du bassin de l’Arsenal. Puis ils ont progressivement envahi le pavé, entourant le Génie de leur protection mécanique.

« À la gloire des citoyens français qui s’armèrent et combattirent pour la défense des libertés publiques dans les mémorables journées des 27, 28, 29 juillet 1830 », est-il écrit sur la Colonne de juillet au centre de cette place. Et c’est aussi de liberté dont il était question ce 8 juillet 2016 : celle de circuler.

Plus de bruit !
Les manifestant l’ont bruyamment rappelé à Anne Hidalgo, la maire de Paris, et Christophe Najdovski, son adjoint écologiste jusqu’auboutiste, qui ont décidé d’interdire de circulation les motos d’avant juin 1999 et les voitures d’avant 1997. Et malgré l’entrée en vigueur de ce règlement matérialisé par un arrêté municipal publié le 1er juillet, les manifestants n’entendent pas se laisser abattre.

« Nous ne cèderons pas à l’écologie punitive, au diktat des écolos fachos », clamait Jean-Marc Belotti au micro, haranguant la foule de sa verve habituelle en manif’ parisienne. « Nous appelons à la désobéissance. Défendons la liberté de circulation ! »

Pochoirs
Ces slogans se matérialisaient sur le trottoir devant l’Hôtel de ville de Paris, les militants appliquant de la peinture blanche aérosol sur des pochoirs évocateurs.

Opéra-Étoile
Les manifestants s’offraient ensuite une balade hurlante et klaxonnante dans l’ouest de Paris, parcourant la rue de Rivoli, arrivant devant l’Opéra Garnier en entonnant la symphonie des mono, 2, 3 et 4-cylindres, puis se dirigeant dans un sursaut d’orgueil vers la place de l’Étoile. Là, au grand dam des policiers encadrant le rassemblement, un bon millier de motards s’arrêtait et se prenait en innombrables selfies devant l’Arc de Triomphe, le même qui la veille, avait subi les assauts des supporters de football.

Aux Champs Élysées…
Cerise sur le gâteau, les manifestants descendaient les Champs Élysées à la vitesse de l’escargot, pour le plus grand bonheur des touristes qui, par centaines, enregistraient sur leurs smartphones ces motos pétaradantes et dansaient sur la musique techno déversée par la sono du DJ « FFMC ».

Un bon vendredi soir, une soirée chaude et agitée que cette Nuit 2-roues, s’achevant néanmoins dans la bonne humeur. Mais les élus de la Ville de Paris sont prévenus : les motards battent le pavé parisien, et ils sauront le desceller si la mairie ne daignait écouter leurs revendications.

Complément d’information

- Suivez l’actu concernant les restrictions de circulation sur Motomag.com, rubrique Défense des motards/2-roues en ville
- Nuit 2-roues et contre-vignette : la FFMC organise la riposte aux interdictions !

- Restrictions de circulation à Paris : la révolte des automobilistes (et des motards)
- Les bikers à l’assaut du périphérique parisien

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité