Le samedi 4 juin, les promeneurs et autres sportifs du week-end ont été un peu surpris de croiser, en plein bois de Boulogne à Paris, près de 300 motards. Et pas n’importe lesquels : ces derniers répondaient à l’appel de la Fédération des Bikers de France (FBF) afin d’obtenir une reconnaissance des spécificités de leur passion qu’est la custom culture, mais aussi de protester contre l’interdiction de circulation à Paris des motos d’avant 2000, devant être effective le 1er juillet prochain.

Motivation intacte
Même si ce deuxième rassemblement a réuni moitié moins de monde que lors de la précédente manifestation de septembre 2015, la motivation était bien au rendez-vous. La preuve, à 300 ils ont bloqué le boulevard périphérique parisien durant l’après-midi !

Défendre son art de vivre
« 100 000 emplois sont menacés dans la custom culture, attaque d’emblée Nico, président de la FBF. Parmi les machines présentes, beaucoup ne sont plus conformes à la réception du véhicule originel car elles ont été modifiées esthétiquement ou mécaniquement par des spécialistes dans le domaine, dont le travail n’est pas reconnu.

Pour nous, c’est un art de vivre, une façon d’être et de vivre la moto, c’est pour cette raison que nous demandons aux pouvoirs publics de reconnaître nos spécificités, que l’on puisse modifier nos motos sans risquer la verbalisation. On nous demande de suivre le troupeau alors que nous voulons rouler et vivre différemment ».

Retrouvez en vidéo les images de la manifestation de la FBF sur le périphérique et l’interview de Nico le président

À l’assaut du périph’
Cette année pas de trajet à travers capitale, mais les bikers ont emprunté le périphérique parisien : plus de 35 km effectué au rythme de l’escargot, émaillé de nombreux arrêts. Une manifestation d’environ 2h30, produisant une sacrée pagaille, la circulation automobile étant pratiquement paralysée sur l’anneau autoroutier ceinturant la capitale. En dehors de l’animosité d’irréductibles automobilistes grincheux, l’accueil a été très amical de la part de la plupart des conducteurs.

Un tour gratuit !
Les bikers ont terminé la manifestation d’où elle avait démarré, au Bois de Boulogne. Les organisateurs de la FBF ne cachaient leur satisfaction d’avoir réussi leur mobilisation.

Passer à la vitesse supérieure
« Lors des prochaines actions, nous allons passer à la vitesse supérieure, prévient Nico. Dans le contexte actuel, avec les grèves, les inondations, la météo pas terrible, on se rend bien compte que c’est un peu compliqué d’organiser une manifestation. Nous sommes en train de réfléchir à une revendication beaucoup plus politique.

Par exemple, d’’aller jusqu’à créer un groupe parlementaire pour qu’on puisse nous entendre. Nous allons également, à l’instar de la FFMC, mener des actions plus brutales à la source, en perturbant les discours des responsables politiques plutôt qu’en agissant sur les nerfs des Français ».

Voir aussi :
Interdiction de circuler, la FFMC Paris bloque l’adjoint au maire de Paris

Dans la Boutique Motomag.com

- La FFMC vous défend, soutenez-la en portant ses couleurs !

Publicité
Publicité