Les moto-taxis organisent une manifestation le samedi 5 mars à Paris. La raison de leur colère : la non-considération de leur métier.

En effet, depuis la loi l’article 5 de la loi 2009-888 sur la modernisation des transports, les chauffeurs de taxis à moto n’ont le droit de charger des clients qu’avec une réservation préalable.

Une condition quasi impossible à appliquer au quotidien. Donc les taxis-bikers prennent un risque et vont chercher le client là où il est : dans les gares ou aéroports, par exemple.

La loi indique dans ce cas-là que le hors-la-loi risque une amende de 15.000 euros, ainsi qu’un an de prison, la confiscation du permis de conduire et du véhicule. Une sanction bien trop lourde au vu du préjudice.

Les motos-taxis revendiquent un changement rapide de la loi afin d’être enfin considérés au même titre que leurs homologues à quatre roues. Ils contestent aussi l’obligation de remplacer leur véhicule, moto ou scooter, tous les quatre ans.

Ils se donnent rendez-vous le samedi 5 mars prochain, sur la place de la République, à Paris. Après un discours, ils défileront jusqu’à la place de la Bastille.

Publicité
Publicité