Présentation

En images

Alors que nous connaissions jusqu’alors Kymco pour ses scooters et son travail de motoriste (les blocs des BMW C600 et C650GT sont assemblés dans son usine), le constructeur a créé la surprise à Milan en dévoilant SuperNEX. Ce concept de moto sportive entend réunir le meilleur de deux mondes : celui du thermique et celui de l’électrique.

Embrayage inclus
Parmi les curiosités de la SuperNEX, notons déjà la présence d’un sélecteur pour permettre au pilote de choisir la vitesse idoine parmi les 6 disponibles. Une étrangeté - à l’instar de l’embrayage - sur une moto électrique qui nous rappelle les lointaines productions de Brammo, firme américaine rachetée par Polaris et depuis en sommeil. À l’époque ce sélecteur ne nous avait pas semblé d’un intérêt majeur et ne permettait que de singer l’utilisation d’une moto thermique standard. Le recours au sélecteur n’a d’ailleurs plus cours chez aucun constructeur de motos électriques qu’il s’agisse d’Energica, d’Alta ou de Zero. Nous sommes donc impatients de voir les avantages apportés par cet appendice sur la Kymco, si jamais cette machine dépassait le stade de concept bike de salon. Dans l’intervalle, vous pouvez toujours voir quelques images (de synthèse ?) de la machine roulante ici.

Volume réglable
Autre curiosité, la présence d’un générateur acoustique multi fréquences qui, selon le communiqué de presse du constructeur, « restituerait le son d’une moto traditionnelle avec authenticité ». Le volume serait même ajustable. À voir... Au chapitre de l’électronique embarquée citons également le système FEP (Full Engagement Performance) qui permet de jouer sur le contrôle de traction et le niveau d’accélération. Dans sa configuration full, la SuperNEX affiche des performances étonnantes : de 0 à 100 km/h en 2,9 s, de 0 à 200 en 7,54 s et de 0 à 250 km/h en 10,9 s.

Concept ou série ?
Pour l’instant aucune date de disponibilité et aucun prix n’est bien sûr communiqué. Nous ne savons même pas s’ils le seront jamais un jour et si cette SuperNEX est destinée à quitter les podiums des salons pour rejoindre le bitume. Tout porte à croire au contraire qu’il s’agit bien plus d’une démonstration du savoir-faire du constructeur que d’un projet viable pour la production en série. Dans le même ordre d’idée Vectrix, également fabricant de scooters, avait présenté en 2007 à Milan une sportive qui n’a jamais vu le jour. Peu de temps après le constructeur américain connaissait une période très mouvementée. Souhaitons un tout autre sort à Kymco.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité