En quête du look ultime à moto ? Jetez un œil au catalogue de Nitronos Motostudio (http://goo.gl/sCX6pb) dont la gamme de casques vous évitera de passer inaperçu. Quant au plus ou moins bon goût des designs proposés, chacun restera juge.

Trois modèles, déclinés à foison, figurent pour l’instant au catalogue du fournisseur.

Seyantes saillies
Le Predator à 580 € est sans doute le plus remarquable avec ses dreadlocks disponibles en deux tailles, 34 ou 45 cm. Le casque, en kevlar et fibre de verre, propose en option un éclairage à leds latéral de couleur rouge qui reproduit le laser utilisé par la créature dans le film éponyme pour désigner sa cible.

Le Nekko (de 440 à 600 € selon la déco) a été conçu pour un salon russe sur l’animation japonaise. Il se distingue par ses deux oreilles de chat proéminentes et son écran peint.

Enfin, toujours dans la famille proéminence, nous avons le Motosparta, furieux et probablement vibrant hommage à l’Antiquité et à ses gladiateurs. Dispo à 590 €.

Les casques se commandent en ligne et disposeraient tous du marquage CE. De là à dire qu’ils répondent aux exigences de la norme d’homologation européenne 22-05, nous émettrons volontiers quelques réserves. Cette norme soumet en effet les casques à un « test d’abrasion des saillies ».

Cette procédure permet de s’assurer qu’aucune aspérité d’importance sur le casque ne viendra brutalement freiner la glissade du motard, provoquant des lésions cervicales fatales, en s’accrochant à une quelconque aspérité de la route. C’est la raison pour laquelle les spoilers, parfois présents sur les casques des constructeurs de renom, sont soit de très faibles dimensions, soit très facilement arrachables.


Et pour ceux qui veulent se remémorer Predator avec Arnold Schwartzenegger, voici la bande annonce de 1987 :

Publicité

Commentaire (1)

Publicité