MM : Quelle est la puissance de ce moteur ?
KL : C’est beaucoup moins puissant que les moteurs de Grass Track parce que, avec les clous, vous avez tout le temps du grip et donc une bonne motricité. De plus la piste de Ice Race ne fait que 400 mètres. Un bon moteur de Ice Race arrive à 55 ou 57 ch, contre environ 70/75 ch en Grass Track ou en Short Track. Il faut savoir aussi que dans la discipline, le diamètre de l’admission et de l’échappement est limité par le règlement.

MM : On utilise quel type de carburateur sur ces machines ?
KL : Il y a en gros trois types de carburateurs pour les Jawa. Ils sont tous à admission directe, sans cuve ni ralenti. Le réservoir de méthanol ne dépasse pas deux litres, ce qui est suffisant pour une manche de quatre tours d’environ deux minutes.

MM : Et la partie cycle ?
KL : Pratiquement tous les châssis sont fabriqués par l’ancien pilote Bootsma. Les pilotes apportent parfois des petites modifications, histoire de le renforcer ou de modifier la position. Concernant les suspensions, tout le monde ou presque, utilise des Öhlins que l’on modifie à sa guise. Les pneus sont spécifiques et l’on y met en général une pression qui varie de 2 à 2,8 kg en fonction de la glace. Quand la glace est dure, on met bien sûr plus de pression. Ils sont cloutés avec 140 clous à l’avant et 260 à l’arrière, presque tous situés sur le coté gauche du pneu. La longueur de ces clous ne doit pas dépasser 28 mm et le poids minimum de la moto est fixé à 113 kg. Comme vous le savez, il n’y a pas de freins sur une moto de Ice Race.

MM : Pourquoi tous les pilotes ici à Inzell ont deux motos ?
KL : Il y a deux raisons à cela, la première est celle d’avoir une moto de réserve en cas de défaillance et la seconde est celle d’avoir une moto réglée différemment en fonction de la glace qui change ou se détériore. Cela implique bien évidemment un effort financier important car outre au prix de la saison, environ 50.000 euros, il faut y ajouter l’achat des deux motos et la préparation.

MM : Si le poids, le diamètre d’admission et d’échappement, les soupapes et plein d’autres choses sont limités, que demande un pilote comme préparation ?
KL : Avant toute chose un moteur, des engrainages ou encore des roulements qui tournent rond ! Comme je vous ai expliqué, la puissance compte moins que dans les autres disciplines sur piste, mais elle reste un paramètre important. On arrive toujours à trouver un ou deux petits chevaux… Mais ce qui demande surtout un bon pilote est une mécanique adaptée à son style de conduite. J’en connais qui aiment un moteur plus souple, d’autres plus de puissance à un régime donné…

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Infos en plus
Publicité