En images

Optimiser ses freinages : à 130 sur le mouillé Optimiser ses freinages : état des garnitures Optimiser ses freinages : choix des plaquettes Optimiser ses freinages : un stage pour stopper court

Et pourtant, cette précaution ne tient pas compte d’éventuels « retards à l’allumage » qui peuvent doubler le temps de réaction (2 secondes, soit 72 mètres parcourus !).
En effet, l’information s’avère d’autant plus difficile et longue à décoder quand la circulation est dense, ou lorsque le conducteur est fatigué par sa journée de travail.
Lors d’un déplacement en groupe, les protagonistes ont tout intérêt à appliquer cette marge de sécurité entre eux, et donc à rouler en quinconce les uns par rapport aux autres.
Ainsi, pas de « strike » à déplorer si le premier plante « un freinage de bûcheron » pour éviter un obstacle qu’il est, sinon le seul, au moins le premier à avoir vu.

Position du corps

Bien entendu, le fait de porter le regard au loin permet d’anticiper les ralentissements et d’éviter les surprises. La position du corps modifie aussi de façon sensible l’efficacité du freinage.
L’appui sur les repose-pieds (et non sur les fesses) genoux serrés et bras verrouillés en position tendue évitent de glisser vers l’avant et garantissent la tenue de cap. De plus, la maîtrise d’un éventuel blocage de la roue avant sera nettement meilleure.
Pour limiter l’effet de transfert de masse vers l’avant, il est d’ailleurs recommandé de commencer par actionner le frein arrière, ce qui « assoit » la machine. Cela procure aussi plus de stabilité et permet d’exercer plus d’effort sur la commande avant.

C’est aussi sur ce dernier point que tout motard doit lutter contre les mauvaises habitudes. Il est en effet préférable de freiner énergiquement tant que la moto a de la vitesse et de poursuivre decrescendo (du plus fort au moins fort) et non l’inverse, comme nos réflexes naturels nous y incitent (plus on s’approche de l’obstacle, plus on freine). On évite ainsi les chutes causées par un blocage de roue dans les derniers mètres...
Notons tout de même qu’il faut aussi prendre en compte la puissance de freinage de sa machine. Si la technique de freinage est globalement la même, le dosage sera évidemment différent selon que l’on chevauche une Enfield 500 Bullet ou une GSX-R 1000 !

Publicité
Infos en plus