JPEG - 30.1 ko
Lors de l’Open du Vigeant, Gregg Black a fait une course en solitaire à la 3ème place. C’est son premier podium de la saison.

Et puis Gregg Black, bien que né à Derby, une ville anglaise au nord de Londres, vit en France depuis l’âge de 4 ans. Ses parents en avaient assez de l’Angleterre. A 10 ans, il s’est essayé au karting, en championnat de ligue, mais il n’a pas accroché.

Ce sont les deux-roues qui passionnent les Black et à 14 ans, Gregg se découvre : il roule sur la route avec un 50 à boîte et s’engage en championnat de France Supermotard. Il fait même deux courses en vitesse avec son supermotard et rentre dans les 10. En 2003, il roule en coupe Conti et gagne la dernière course. La même année, il dispute quatre épreuves en Open 50 et termine quatre fois 4ème.

A l’intersaison, il décide avec sa famille (son père Ian et sa mère Lorraine le soutiennent) de rouler en Open 125. En 2004, grâce à une bonne moto trouvée outre-Manche par son père, Gregg se fait remarquer en terminant 4ème de l’épreuve de Nogaro. C’est alors qu’Olivier Jacque himself le contacte, sur les conseils de Karim Djaouk, pour faire les deux dernières courses au sein de son équipe. Mais le team OJ jette l’éponge en fin de saison. Gregg part alors avec le VTC faire une course en Angleterre, à Donington. L’essai s’avère très positif, vous connaissez la suite.

Une saison marquée par la malchance

JPEG - 53.4 ko
Né à Derby, au Nord de Londres, Gregg Black vit en France depuis l’âge de 4 ans. Il est installé, avec ses parents, du côté de Confolens dans la région Charente-Poitou. Il a toujours la nationalité anglaise.

Pour cette saison, Gregg n’a pas vraiment concrétisé les espoirs placés en lui. Victime d’un accident de la route en début d’année, il court encore avec plusieurs broches dans le bras gauche. 7ème dans la douleur au Mans, il ne marque aucun point les deux courses suivantes : il chute alors qu’il était 4ème à Magny-Cours et serre son moteur alors qu’il était 3ème à Nogaro.

A Carole, il chute dans le dernier tour alors qu’il venait de prendre la 2nde place et termine 7ème. Karim Djaouk : « Nous n’avons pas eu beaucoup de réussite jusque-là, mais je suis confiant, ça va changer. Avec des podiums en France, nous espérons obtenir des wilds-cards pour rouler en Grand Prix, par exemple à Assen ou à Brno. » Il faudra alors que Gregg se fasse remarquer pour peut-être viser encore plus haut, car le VTC ne sert que de tremplin, comme le dit son team manager : il n’a pas les moyens financiers d’aller en Grand Prix.

Au Vigeant Gregg a terminé 3ème en solitaire, derrière Jules Cluzel et Matthieu Ginès.

Thierry Dupuis, correspondant 16.

Publicité

Commentaire (0)

Publicité