Il a réalisé un temps de 1’43’’2 alors que le meilleur temps de 2004 a été signé par Broc Parkes en 1’43’’825.
« Je suis très satisfait de ces deux journées d’essais » explique Ronald Ten Kate, le team manager. « Nous avons testé un nouveau système d’injection et une nouvelle cartographie ».

Même son de cloche chez Chris Vermeulen, qui a égalé le chrono de la superpole de l’an dernier en 1’41’’547. Le travail a porté essentiellement sur la sortie de courbe. Pour ce faire, les pilotes du team ont testé plusieurs types de bras oscillants « pour pouvoir faire passer la puissance au sol » explique le pilote australien. C’est ainsi que « j’ai pu améliorer mes chronos de 6 dixièmes, par rapport à l’an dernier, sur ce même circuit ».

Chez YMF « On est venu faire du roulage pour tester l’injection et amasser des infos » se contente de dire Martial Garcia. Le choix de Bernard Cazade est simple « Sébastien étant blessé, on s’est tourné vers lui » . le gourou des « bleus » se veut rassurant « De toutes façons Sébastien sera de nouveau sur pied pour Misano ».

Quand à Stéphane Chambon, il est venu « améliorer ses suspensions et travailler sur la carburation et les cornets d’admission »

Nouvelle coopération

Ces deux journées ont été l’occasion pour les organisateurs du Mondial superbike en France et Claude Michy, organisateur du GP du Mans d’annoncer une nouvelle coopération entre leurs différentes organisations.

« C’est un gage de réussite et d’accueil du public » a annoncé Gérard Dumas le président du directoire. « Nous allons profiter de l’expérience de Claude Michy, dans ce domaine pour améliorer nos prestations ».

Cette épreuve a désormais trouvé sa place dans le paysage de la compétition en France. La preuve ? Le contrat liant le circuit de Magny Cours et FG sports, organisateur du WSBK, a été signé pour une période de trois ans et renouvelable pour deux ans supplémentaires.

« C’est vrai qu’au départ cela était un vrai pari, qui était risqué. Puisque une tentative avait été faite en 1991 et s’était conclue par un échec commercial » explique Rodolphe Coiscaud en charge de l’épreuve française.

« Désormais on est sur les bons rails, puisque en 2004 on a eu une augmentation de 15% du public par rapport à 2003 » et désormais on va tout faire pour que l’épreuve connaisse le succès qu’elle mérite.

 - 
Publicité

Commentaire (1)

Infos en plus
Publicité