Lefigaro.fr vient de publier sur son site internet un reportage instructif sur le Centre National de traitement (CNT) : l’« usine à PV » (comme le titre la journaliste du site quotidien d’information) qui réceptionne tous les clichés issus des radars automatiques.

Un reportage complet qui entre dans les murs du CNT2 : le deuxième bâtiment de traitement d’une surface de 11.000 m2. Au delà d’une ambiance de travail à la chaîne (une employée explique saisir 500 numéros de plaque par heure), la journaliste suit le trajet d’un procès-verbal : du flash à l’envoi du courrier à la personne verbalisée. On apprend aussi que « Sur 17 millions de clichés, seuls 9 millions donnent lieu à un procès-verbal, le reste allant au rebut, car inexploitable. »

En bref, un reportage à lire (en cliquant sur ce lien) avec attention pour mieux comprendre les rouages du système des radars automatiques.

Publicité
Publicité