Dans un communiqué de ce mercredi 20 juin 2012, la FFMC regrette la mise en place des radars tronçon. Consciente qu’il s’agit d’une mesure du précédent gouvernement, l’association de motards espère que le nouveau ne gardera pas le cap sur la répression toute. Mais, vigilante et lucide, elle reste prête à se mobiliser si les changements annoncés tardent à venir.

Radars tronçon : le changement dans la continuité
(communiqué de la FFMC)

Le gouvernement annonce le lancement des radars tronçon sur le territoire français. Un système répressif de plus, qui calcule la vitesse moyenne des véhicules sur une section donnée et qui envoie des contraventions sans flash et en toute discrétion.

Voilà ce à quoi les usagers pourront s’attendre sur les itinéraires des vacances dans quelques semaines. Des usagers qui auront bien du mal à constater le changement promis : la politique de sécurité routière est encore et toujours orientée sur la répression en général et sur la vitesse en particulier.

Voies rapides, voies les plus sûres
Le bonus de ce système, c’est l’enregistrement des plaques d’immatriculation de tous les usagers, y compris ceux qui respectent le Code de la route et les vitesses limites.
Cette intrusion permanente dans l’intimité des citoyens n’augure rien de bon, et n’apportera rien à la Sécurité routière tant il est prouvé que la vitesse seule n’est pas la principale cause d’accident, surtout sur voie rapide (NDLR : où ils seront implantés).

Cette commande de radars tronçon avait été passée sous l’ancien gouvernement, reste à savoir si le nouveau s’entêtera dans cette politique. Car pour l’instant, la Sécurité routière reste en accord avec son slogan : tous responsables. Ou plutôt, tous coupables.

Pas de changement en vue pour les usagers de la route, les Motards en colère restent mobilisés.

Publicité
Publicité