Depuis dimanche 15 septembre, les conducteurs des Pays-Bas flashés par un radar automatique en France sont susceptibles de poursuites. Les autorités françaises et néerlandaises ont donc conclu un accord d’échange d’informations, comme la France l’avait fait avec l’Espagne début août ou encore avec la Belgique l’an passé.

« (…) Les conducteurs de véhicules immatriculés aux Pays-Bas qui grillent les feux rouges sur les routes de France ou sont flashés pour excès de vitesse seront poursuivis », a indiqué la Sécurité routière. Cette dernière précise que les conducteurs néerlandais font crépiter les flashs de nos chers radars en moyenne 200.000 fois par an. En tout, 25 % des infractions à la vitesse commises dans l’Hexagone seraient le fait de conducteurs étrangers, qui ne représenteraient que 5 % du trafic.

Le dispositif d’échange d’informations est désormais en place avec la plupart des voisins de la France (Belgique, Suisse, Luxembourg, Espagne, Pays-Bas…), excepté l’Italie. Les discussions sont par ailleurs encore en cours avec l’Allemagne et pourraient, selon certaines sources, aboutir à un accord d’ici à novembre. En outre, trois pays membres de l’Union européenne ne devraient pas appliquer la directive sur le fichier européen unique des cartes grises : le Royaume-Uni, le Danemark, et l’Irlande.

Publicité
Publicité