À partir du 1er août 2013, les autorités françaises et espagnoles échangeront leurs informations sur les contrevenants. Comme la France l’avait fait avec la Belgique l’année dernière (voir notre article : Les PV passent la frontière franco-belge), les ressortissants qui commettront une infraction routière hors de leur pays seront poursuivis.

Concrètement, un conducteur espagnol qui se fera flasher en France sera poursuivi et vice-versa. Avant cela, les contrevenants étrangers à l’un ou l’autre pays bénéficiaient d’une totale impunité. Le site de la Sécurité routière indique qu’en 2012, ce sont 450.000 infractions constatées par les radars automatiques qui concernaient des plaques d’immatriculations espagnoles. De l’autre côté des Pyrénées, 130.000 infractions commises par des Français ont été relevées.

Depuis la prolifération des boîtes automatiques, la Sécurité routière indique que ce sont 25 % des infractions constatées qui ne remontent jamais jusqu’à leur destinataire puisque les véhicules sont immatriculés à l’étranger, alors que ces derniers ne représentent que 5% du trafic.

Qu’en pensez-vous ?
L’échange d’informations entre les pays est-il une bonne chose ? Réagissez ici.

Publicité

Commentaires (61)

Publicité